travaux

Rénovation énergétique : 4 propositions concrètes et immédiates pour accélérer la relance

 

Parce qu’elle est vertueuse pour l’économie, pour la planète et pour le portefeuille des Français, la rénovation énergétique s’impose comme un chantier prioritaire de la relance. Pour dynamiser le secteur, Effy, premier spécialiste de la rénovation énergétique auprès des particuliers, propose 4 mesures concrètes et volontairement très pragmatiques pouvant être mises en place rapidement. Elles concernent le financement de la rénovation énergétique ainsi que les marchés de l'immobilier et du bâtiment. 

 

Frédéric Utzmann, président d’Effy : "La rénovation énergétique est aujourd’hui le seul secteur qui fait le lien entre les 3 grandes priorités de la relance : l’économie et l'emploi, le pouvoir d’achat des familles et la lutte contre le changement climatique. Nous proposons aujourd’hui 4 mesures concrètes, à mettre en œuvre rapidement sur la base de dispositifs existants, pour dynamiser la rénovation énergétique à court et moyen-terme et en faire un puissant levier de relance."

4 propositions concrètes et immédiates

 

 

1 - Sécuriser le budget du dispositif MaPrimeRénov' en 2020 par le volte d'une enveloppe supplémentaire à l'occasion du prochain projet de loi de finances rectificatif pour 2020. Les premiers chiffres dévoilés par le gouvernement sur le lancement de MaPrimeRénov’ montrent un réel engouement pour cette aide simple d’accès et cumulable avec d’autre dispositifs d’accompagnement pour les ménages modestes. Effy souligne l’importance de garantir une enveloppe budgétaire suffisante pour toute l'année afin d'éviter un arrêt des subventions à l'automne comme cela est arrivé en 2019 par manque de budget. 

 

 

2 - Rendre l'éco-PTZ plus attractif pour les banques afin de faciliter son utilisation plus large, en particulier par les ménages les plus modestes. L’Éco-PTZ, un prêt à taux d’intérêt nul qui permet de financer le reste à charge des travaux de rénovation énergétique. Très intéressant pour les particuliers et simplifié en 2019, il reste peu utilisé. Ce produit bancaire apparaît en effet peu attractif pour les banques qui privilégient la distribution de prêts conso. Pour favoriser le déploiement de l'éco-PTZ, Effy propose d'augmenter de manière significative la rémunération des acteurs bancaires en contrepartie d'un objectif de résultat dans la distribution de ce prêt.  

 

 

3 - Flécher la déductibilité des charges locatives des propriétaires-bailleurs exclusivement vers la réalisation de travaux d'économies d'énergie.  Il existe déjà des dispositifs de déduction des dépenses de travaux d’amélioration d’un logement loué sur les revenus fonciers. Ils sont connus et utilisés par les propriétaires bailleurs mais ne ciblent pas la rénovation énergétique des biens. Dans une logique de cohérence des politiques publiques et pour accélérer la rénovation énergétique du parc locatif, Effy propose de flécher cette "niche fiscale" exclusivement vers les travaux permettant de réduire le montant des dépenses d'énergie des occupants-locataires.  

 

 

4 - Respecter le calendrier initial des réformes structurantes déjà engagées. Deux mois de confinement ne peuvent justifier de repousser des réformes structurants pour le secteur de plus de six mois, comme l'a annoncé début mai le gouvernement. Ainsi, Effy appelle à ne pas prendre davantage de retard sur la mise en oeuvre des réformes du label RGE, du diagnostic de performance énergétique (DPE) et de l'objectif d'économie d'énergie 2025 (CEE) en respectant les calendriers initialement fixés. 

 

Télécharger la note complète

 

 

Plus d’articles sur ce thème