Le Service de la donnée et des études statistiques du Ministère de la Transition écologique et Solidaire a récemment publié, comme chaque année depuis 1982, le bilan énergétique de la France pour 2019.

Ce document rétrospectif donne une vision d’ensemble de la consommation et de l’utilisation de l’énergie en France. A la lecture de ce document, on ne peut que constater que  la France est très en retard sur ses objectifs 2018 de baisse de consommation. Explications.

 

Une baisse des consommations d’énergie moins rapide que prévu

Selon les statistiques révélées par le Ministère de la Transition écologique, la réduction de la consommation d’énergie finale enregistrée en 2018 par rapport à 2012 s’élèvera à  -0.2% contre -7% prévu par la précédente programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Si la baisse de la consommation de charbon et de pétrole s’amorcent lentement, la consommation de gaz continue d’augmenter ne respectant en rien la trajectoire fixée par la PPE. Corrigée des variations climatiques, la consommation primaire de gaz naturel par rapport à 2012 a augmenté de 1.2%, soit 10 points d’écarts avec la trajectoire fixée. Il y a donc urgence à remplacer les anciennes chaudières gaz basse température par des chaudières à très haute performance énergétique ou à basculer vers un autre type d’énergie.

A ce stade, l’objectif fixé par la nouvelle PPE de baisse de 7% de la consommation d’énergie finale en 2023 et de 14% en 2028 par rapport à 2012 ne sera pas atteint.

 

La nécessité de créer un observatoire de la rénovation énergétique

Le résidentiel représente près de 43% du total de la consommation d’énergie en France. Il est donc nécessaire de se focaliser sur ce secteur pour respecter notre trajectoire de baisse des consommations d’énergie.

Si la rénovation énergétique est la meilleure alliée de l’efficacité énergétique, tout le monde s’accorde sur le besoin indispensable de disposer d’indicateurs cohérents, fiables et réguliers permettant de mesure le nombre de bâtiment rénové en France.

A ce titre, Julien Denormandie, Ministre du logement, a déclaré lors du Congrès International du Bâtiment Durable, que son ministère était actuellement en train de construire un véritable observatoire de la rénovation énergétique. Cependant, la construction de cet outil prend du temps eu égard à la difficulté de s’accorder sur les bons indicateurs ainsi que sur la diversité de sources à mettre en cohérence.

Nous partageons la volonté de mettre en place un véritable observatoire de la rénovation énergétique. Il faut moderniser la collecte de données, mieux la mutualiser et la mettre à disposition de l’ensemble des acteurs. Cela permettra d’évaluer la politique de rénovation énergétique mais également de construire des indicateurs de prix moyens, des statistiques de travaux les plus effectués, de recenser plus globalement les pratiques de marché. La connaissance, le suivi et l’évaluation est indispensable pour une politique publique de la rénovation énergétique efficace.