Face à la colère d’un nombre grandissant de français contre la hausse des prix de l’énergie, le gouvernement a décidé de renforcer le dispositif du « chèque énergie ». A partir du 1er janvier 2019, le montant de ce chèque  sera augmenté et son assiette sera élargie. Décryptage

Une réponse à la colère des « gilets jaunes »

La perspective d’un nouveau renchérissement du prix des énergies, avec notamment la hausse de la composante carbone prévue début 2019, a entraîné l’émergence du mouvement des « gilets jaunes », qui a débouché sur plusieurs manifestations nationales à partir de mi-novembre 2018.

Face à cette colère croissante des Français, le Gouvernement a décidé de renforcer le dispositif du chèque énergie, cette subvention aidant les ménages les plus modestes à payer leur facture énergétique ou à engager des travaux de rénovation énergétique. Le chèque énergie a été généralisé au 1er janvier 2018 en remplacement des tarifs sociaux de l’énergie. Si cette mesure ne permet pas de changer durablement la situation des ménages modestes, il s’agit pour autant d’un coup de pouce important pour  payer leur facture de chauffage.

 

Un élargissement de l’assiette des bénéficiaires

Un arrêté du 26 décembre 2018 vient préciser les nouvelles conditions d’obtention qui entreront en vigueur en 1er janvier 2019. Le bénéfice du chèque énergie est établi sur la base d’un plafond de ressource, mesuré grâce au « revenu fiscal de référence par unité de consommation ». Concrètement, pour bénéficier du chèque énergie à partir du 1er janvier 2019, une personne seule doit justifier d’un RFR de moins de 10.700 euros (contre 7.700 euros auparavant). Ce RFR doit être inférieur à 16.050 euros pour un couple sans enfant, et à 19.260 euros pour un couple avec enfant (+ 3.210 euros par enfant supplémentaire).

En comparaison à 2018, le plafond est relevé ce qui entraîne une augmentation du nombre de bénéficiaires. Désormais, 2.2 millions de ménages supplémentaires pourront recevoir cette aide au paiement des factures d’énergie du logement, ce qui portera le nombre de bénéficiaires à 5.8 millions de foyers fiscaux.

 

Une hausse du montant moyen du chèque énergie

En 2018, le montant moyen annuel du chèque énergie était de 150€, celui étant compris entre 48 et 227€. A compter du 1er janvier 2019, le montant moyen sera de 200€ par ménages et variera de 48 à 277€, dépendant là encore, du revenu fiscal de référence et de la taille du foyer.

Si cette revalorisation constitue une bonne nouvelle, d’autres mesures devront suivre pour permettre d’aider les ménages à limiter l’impact des hausses du prix des énergies, notamment en réalisant des travaux de rénovation énergétique. Parmi ces mesures, on peut penser à la nouvelle « prime conversion chaudière » qui sera réévaluée en début d’année.