fin treve hivernale - source SELECTRA

 

Le 31 mars marque la fin de la trêve hivernale, commencée le 1er novembre, 5 mois pendant lesquels les expulsions de locataires sont suspendues, afin de les protéger du froid.

Apparue en 1955, la trêve hivernale fait suite à l’appel au secours de l’Abbé Pierre au cours de l’hiver 1954 pour venir en aide aux sans-abri.

En 2013, la trêve hivernale a été étendue aux coupures d’électricité et de gaz naturel. Pendant cette période, les fournisseurs ne peuvent pas interrompre la fourniture d’énergie pour impayés.

En 2016, 604 000 interventions pour impayés ont été mises en œuvre, en hausse de 5% par rapport à 2015.

Le médiateur national de l’énergie a exprimé récemment son inquiétude à l’approche de cette échéance du 31 mars 2017, redoutant une forte reprise des interruptions de fourniture d’électricité et de gaz naturel pour impayés, après un hiver plus rigoureux que le précédent. Parmi ses recommandations, en particulier pour agir efficacement et durablement contre la précarité énergétique, le médiateur de l’énergie rappelle aux pouvoirs publics « combien il est primordial de renforcer encore les actions en matière de rénovation énergétique du bâtiment, voire de contraindre les propriétaires de logement à faire disparaître les passoires énergétiques. »

Rappelons qu’il y a, en France, 7 millions de passoires énergétiques et près de 6 millions de ménages en situation de précarité énergétique dont la moitié vit dans ces logements particulièrement énergivores (ayant une étiquette énergie F ou G).

La fin de la trêve hivernale ne marque donc pas l’arrêt de la précarité énergétique. Pour éviter que ces situations se reproduisent d’année en année, pour que ces ménages puissent se chauffer décemment tout en réduisant leur facture d’énergie, il ne faut donc pas se détourner du problème après le 31 mars. L’heure est à l’action ! Des solutions existent pour rénover ces passoires énergétiques, améliorer l’isolation du bâti, rendre le chauffage plus performant et plus économe.

La ministre de l’environnement et de l’énergie, Ségolène Royal, vient ainsi de lancer l’opération « coup de pouce économies d’énergie », valable jusqu’au 31 mars 2018, pour accélérer les économies d’énergie, les rendre accessibles à tous et faciliter le passage à l’acte.

Effy salue cette initiative en faveur des économies d’énergie et s’engage dans cette opération, avec son offre Pacte Energie Solidarité, en proposant aux ménages modestes de bénéficier de ces primes exceptionnelles pour financer leurs travaux :

  • Isolation des combles perdus avec un reste à charge à partir de 1€ seulement
  • Prime de 800€ pour le remplacement d’une chaudière individuelle
  • Prime de 100€ pour l’installation d’un programmateur centralisé pour radiateurs électriques

Si la fin mars marque ainsi la fin de la trêve hivernale, c’est aussi le début d’une opération « coup de poing » contre la précarité énergétique grâce au coup de pouce aux économies d’énergie.

[vc_empty_space height= »32px »]