Le Ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a dévoilé jeudi dernier à Angers, le tant attendu : Plan de rénovation énergétique des bâtiments.

Étiqueté comme une « priorité nationale », le plan doit répondre à des objectifs ambitieux en matière de rénovation énergétique à savoir la rénovation de 7 à 8 millions de passoires thermiques à l’horizon 2025, avec pour objectif final la rénovation de l’ensemble du parc de bâtiment au niveau BBC d’ici 2050. Les outils du gouvernement sont-ils à la hauteur des ambitions ?

Plan rénovation énergétique newsletter

 

De nouveaux thermomètres de la performance énergétique 

Afin de crédibiliser la mesure de la performance énergétique des bâtiments, le plan prévoit de fiabiliser les diagnostics de performance énergétique (DPE) notamment via une refonte et une homogénéisation de la méthode de calcul ainsi que la montée en compétence des diagnostiqueurs. Le plan prévoit également de rendre l’étiquette énergétique plus accessible numériquement .Cela est une première étape dans la réforme du DPE qui doit etre accompagné rapidement d’une plus grande reconnaissance juridique.

Dans la même logique, de mise à disposition des données, le plan veut améliorer le suivi des objectifs à travers la création d’un observation national de la rénovation énergétique. Cet observatoire permettra, dans une logique d’Open Data, de mettre à disposition de l’ensemble des acteurs les données de la rénovation énergétique. Les capacités de suivi et de ciblage de tous ainsi que la qualité des services ne pourront qu’en être améliorées.

 

De nouveaux signaux pour donner envie de passer à l’acte 

Le Plan insiste sur un constat clair : « l’appel à la conscience de chacun ou même au seul calcul des économies d’énergie a montré ses limites ». En effet, le Groupe Effy, lors de la concertation avait insisté sur la nécessité d’axer la communication sur la valorisation patrimoniale d’un bien rénové. Chose faite ! L’Ademe lancera dès l’automne 2018, une communication permettant de véhiculer de nouveaux messages, confort, adaptation du logement et valorisation patrimoniale !

Outre le renouvellement de la communication, le plan prévoit de mieux valoriser la rénovation énergétique auprès de l’ensemble des français. Cela passera par la mise en place d’une « signature commune » de la rénovation, pour donner confiance. L’inscription au sein d’une démarche gage de fiabilité et commune à tous les acteurs permettra de mieux valoriser la rénovation énergétique. Ainsi, un groupe de travail sera lancé dès le printemps 2018 pour définir les conditions d’octroi et d’utilisation de cette signature commune.

 

La massification de la rénovation énergétique : La simplification des financement et la rénovation par étape

La simplification des financements est peut être le point le plus attendu du plan de rénovation. Sur ce point, le plan annonce de nombreuses modifications, notamment concernant le crédit d’impôt transition énergétique (CITE). En effet, le plan prévoit de transformer le CITE en une prime forfaitaire versée directement après les travaux. Cette prime tiendra compte de l’impact considérée sur l’efficacité énergétique ou la production d’énergie renouvelable. Cette évolution était très attendu, elle permettra de réduire significativement le reste à charge des ménages après les travaux de rénovation.

En inventant en 2013 l’isolation des combles pour 1€, le Pacte Energie Solidarité a montré qu’il existait des solutions simples et efficacespouvant contribuer à la lutte contre la précarité énergétique et à démocratiser l’accès au confort énergétique. Avec 50 000 maisons isolées, le Pacte Energie Solidarité montre que l’on peut massifier les travaux, mais que le faire bien demande du temps !

[vc_empty_space height= »32px »]