Vendredi dernier, si la publication définitive du plan de rénovation n’a pas eu lieu comme initialement prévue, Nicolas Hulot, Jacques Mézard et Julien Denormandie ont installé le comité de pilotage en charge de la mise en œuvre et du suivi de ce plan.

DYZ7vQJW0AAfM4I

 

Annoncé en novembre dernier, l’ambition du gouvernement en matière de rénovation énergétique s’est traduite par un projet de plan présenté par les ministres chargés de la transition écologique et solidaire et de la cohésion des territoires. Le plan vise à faire de la rénovation énergétique des bâtiments une « priorité nationale », en associant l’ensemble des parties prenantes.

L’action des pouvoirs publics en matière de rénovation énergétique est une action de long terme, qui nécessite un suivi rigoureux, notamment sur les moyens mis en œuvre et l’atteinte des objectifs. En effet, le plan se décline en 4 axes et 13 actions, il est donc pertinent de mettre en place ce comité de pilotage afin de co-construire avec l’ensemble des acteurs nationaux et locaux, la politique de rénovation énergétique.

Cependant, le plan de rénovation annonçait un pilotage « resserré », force est de constater que ce n’est pas le cas. Le comité de pilotage sera ainsi animé par les deux animateurs de la concertation, Marjolaine Meynier-Millefert, Députée de l’Isère, ainsi que Alain Maugard, Président de Qualibat. Ce comité de pilotage du plan de rénovation énergétique des bâtiments (COPREB) sera composé de 12 membres[1].

Si l’intention est louable, il ne faut pas que le portage du plan se dilue face à un trop grand nombre d’interlocuteur. A ce titre, le Plan Bâtiment Durable avait rappelé dans ses propositions qu’il fallait « un pilotage politique fort » et que cela ne devait pas se traduire par un « comité de pilotage pléthorique ».

Le maintien d’une parole publique forte, au plan national, est une condition indispensable de la réussite du plan, en conséquence, il aurait été souhaitable comme l’appelait de ses vœux « l’initiative Rénovons ! » de nommer un délégué interministériel à la rénovation énergétique. Celui-ci aurait pu faire la jonction entre le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et le Ministère de la Cohésion des territoires, afin de parler d’une seule et même voix.

En tout état de cause, les acteurs restent dans l’expectative concernant la présentation du plan de rénovation qui devrait avoir lieu « lors d’un déplacement ministériel à venir prochainement » comme précise le communiqué du Ministère.

 

 

 

[1] La Direction Générale pour l’Energie et le Climat ; La Direction pour l’Habitat, l’Urbanisme et les Paysages ; La Direction Immobilière de l’Etat ; L’Agence Nationale pour l’Habitat ;  L’Agence Nationale d’information sur le logement ;  L’Agence de l’Environnement de la Maîtrise de l’Energie ; Le Plan Bâtiment Durable ;  Le Conseil Supérieur de la Construction Les Associations de collectivités : Régions de France, l’Assemblée des communautés de France, l’Assemblée des départements de France et l’Association des maires de France.

 

[vc_empty_space height= »32px »]