Plan logement vs Efficacité énergétique

 

Le gouvernement présente cette semaine en Conseil des ministres le projet de loi « Habitat, mobilité, logement ». Si pour le moment, l’attention médiatique est focalisée sur la réduction des aides au logement (APL) et le « choc d’offre » voulu par le Président pour construire davantage, il ne faut pas perdre de vue l’enjeu de la rénovation énergétique du parc existant.

 

Cela concerne tout de même l’immense majorité de nos compatriotes et nous faisons face, par ailleurs, à une situation lourde de mal-logement et de précarité énergétique. Pour rappel, 7,4 millions de logements sont des passoires thermiques qui exposent leurs occupants à de réelles difficultés pour se chauffer et font flamber le prix de la facture énergétique. Il y a urgence à rénover ces logements. La loi de transition énergétique fixe l’objectif de les rénover tous d’ici 2025, ce qui suppose une montée en puissance rapide des travaux de rénovation et des mesures nouvelles pour passer à une échelle supérieure. L’ANAH enregistre 40.000 rénovations en 2016, auxquelles il convient d’ajouter la contribution d’autres acteurs tels le Pacte Energie Solidarité qui a permis l’isolation des combles de 10.000 logements l’an dernier. Pour atteindre l’objectif fixé par la loi, il est nécessaire d’en réaliser beaucoup plus.

 

Nous le savons par ailleurs, le parc résidentiel est le 2nd secteur le plus consommateur d’énergie finale en France, après les transports, et contribue à 14% des émissions de CO2.

Le Plan Climat présenté en juillet, par Nicolas Hulot, fait de la rénovation énergétique un chantier prioritaire.

 

Relevant des compétences de 2 ministères fortement impliqués l’un et l’autre sur ces sujets, la rénovation énergétique doit être élevée au rang de priorité nationale et pour faire le lien et la coordination entre ces administrations, il serait pertinent de nommer pour la durée du quinquennat un délégué interministériel à la rénovation énergétique. Celui-ci prendrait en charge la mise en œuvre des engagements présidentiels d’Emmanuel Macron tant sur les aides aux travaux que sur la mise en place d’un audit gratuit pour les ménages en situation de précarité énergétique.

 

Isoler les bâtiments, installer un chauffage plus économe et performant, ce n’est pas seulement bon pour la planète, c’est bon aussi pour les ménages qui vivent dans ces logements et y gagneront en confort et pouvoir d’achat en faisant des économies sur leur facture d’énergie.

Le Plan Logement doit donc s’inscrire dans la mise en œuvre du Plan Climat et contribuer à la transition écologique et solidaire.

[vc_empty_space height= »32px »]