Concertation plan de rénovation

Plan Rénovation : l’heure de la mobilisation a sonné

Lors de la présentation du projet de plan de rénovation énergétique en novembre 2017, les ministres Nicolas Hulot et Jacques Mézard ont lancé une concertation des acteurs et plus largement de l’ensemble des Français invités à s’exprimer pour enrichir le plan. La consultation publique est ouverte jusqu’à fin janvier 2018.

 

Le Plan Bâtiment à l’initiative pour mobiliser les acteurs sous une bannière commune

 

Pour contribuer à l’élaboration de la feuille de route, le Plan Bâtiment Durable (qui fédère les parties prenantes des filières du bâtiment et de l’immobilier et dont le travail vient d’être reconnu et conforté avec la reconduction à sa présidence de Philippe Pelletier) organisait mardi 16 janvier une assemblée exceptionnelle en présence de Michèle Pappalardo, directrice de cabinet du ministre de la transition écologique et solidaire, et de Marjolaine Meynier-Millefert, députée de l’Isère, récemment nommée animatrice pour coordonner la concertation avec Alain Maugard, président de Qualibat.

Les différentes actions retenues par le gouvernement dans sa feuille de route ont été discutées. Il ressort notamment des échanges avec les participants la volonté de communiquer auprès du grand public avec de nouveaux messages, une offre plus claire se manifestant sous une marque ou une bannière commune.

Les particuliers ont besoin de repères, de s’y retrouver parmi les dispositifs et aides existants, et d’être non seulement informés mais aussi incités au passage à l’acte. La bannière commune est pensée en vue de faire travailler les acteurs ensemble et d’organiser les complémentarités pour faciliter le parcours de travaux des ménages.

La réflexion porte aussi sur le marketing de l’offre, comment donner envie aux gens d’engager des travaux. Est-ce que le discours classique sur les bienfaits pour l’environnement et les économies d’énergie suffit à motiver et à entraîner l’adhésion ?

D’autres messages sont sans doute à rechercher, sur le confort, le bien-être, l’adaptation du logement aux parcours de vie, et la valeur du patrimoine apparait aussi un argument de plus en plus pertinent. Une étude des notaires d’octobre 2017 souligne ainsi l’effet des étiquettes énergie (et donc des performances énergétiques des logements) sur le prix des biens. La décote pour un logement classé F ou G atteindrait ainsi jusqu’à -17% en région Occitanie.

L’ADEME et le Plan Bâtiment Durable ont lancé, jusqu’au 31 janvier, un appel à contributions sur la communication et le marketing de la rénovation. Un événement de restitution et d’échanges se tiendra le 15 février prochain.

 

Les collectivités territoriales « tiers de confiance » de la rénovation énergétique

 

Le président de la commission Développement durable et Transition énergétique de l’association des Régions de France, Benoît Faucheux, intervenait par ailleurs pour présenter le rapport qu’ils viennent de rendre avec l’ancien député Michel Piron sur l’organisation du service public de la performance énergétique de l’habitat.

Il s’agit pour eux de préciser le socle des missions du service public, les parties prenantes, les rôles respectifs des régions et des EPCI et des acteurs de la filière pour faciliter le parcours de rénovation des particuliers.

Le rapport identifie 3 blocs de mission concourant au déclenchement de travaux : l’accueil, l’information et le conseil pour lesquels les collectivités ont un rôle d’animation et de structuration pour que l’ensemble des ménages, quel que soit leur niveau de ressources, puissent trouver l’ensemble des informations sur la rénovation énergétique de leur logement.

La mission note par ailleurs que l’accompagnement des personnes décidant de s’engager dans des travaux « se situe dans le champ des services économiques » et « a vocation à être assuré par le privé ». La Région et les collectivités partenaires ont un rôle à jouer de « tiers de confiance » vis-à-vis de l’offre privée et organisent la communication régionale sous la bannière commune définie au niveau national.

 

Le rôle désormais incontournable des plateformes numériques

 

Avec 15 millions de visiteurs et 100 000 travaux, le groupe Effy, à travers ses plateformes QuelleEnergie et Pacte Energie Solidarité, témoigne du rôle croissant de l’offre privée et digitale dans la massification des travaux de rénovation énergétique.

La prise en compte des plateformes numériques et l’organisation des complémentarités entre les acteurs publics et privés sont indispensables à la montée en puissance et la facilitation du parcours de rénovation par étapes des ménages.

[vc_empty_space height= »32px »]