12683_une

Au moment où la France s’interroge sur son avenir et sa place dans la mondialisation, une récente étude met en évidence les opportunités industrielles, pour notre pays, de la transition énergétique.

Alors ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique, l’actuel candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, avait missionné, en avril 2016, le Conseil Général de l’Economie (CGE) pour « identifier les créneaux les plus porteurs pour la France à horizon de cinq à dix ans ».

 

Dans leur rapport, publié fin mars 2017, les auteurs formulent 15 recommandations, notamment pour développer l’offre française et faciliter le passage à l’acte.

La France dispose en effet d’un fort potentiel de croissance verte, tant dans les énergies renouvelables que dans l’efficacité énergétique.

 

Prenons le cas de la rénovation thermique. Que dit le rapport ? « En France, il y a 31 millions de logements à rénover. La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) réaffirme l’objectif de rénover 500.000 logements par an. »

L’Etat peut d’ailleurs montrer la voie à suivre et donner l’exemple. « Le patrimoine immobilier de l’Etat représente plus de 27 000 locaux pour plus de 39 millions de m². C’est un marché considérable pour la rénovation sachant que la réduction de la consommation d’énergie fait partie des priorités de la Direction de l’Immobilier de l’Etat (DIE) avec un objectif de réduction de 60% entre 2010 et 2050. »

 

45% de notre consommation d’énergie provient des bâtiments. En améliorer l’efficacité énergétique et isoler le bâti devrait donc être une priorité de la politique énergétique du prochain gouvernement.

Pour réaliser des progrès en ce domaine et aller plus loin, il pourra s’inspirer des recommandations contenues dans ce rapport. Le groupe Effy en réalise déjà plusieurs avec succès, en particulier :

 

  • la mise en place d’une offre industrialisée de rénovation (offre « clé en main », recommandation n°7) et la construction d’une offre structurée de rénovation autour d’un interlocuteur unique (recommandation n°11)[1]
  • L’offre Pacte Energie Solidarité du groupe Effy solution d’isolation des combles perdus à partir de 1 € pour les ménages modestes, qui permet  une prise en charge complète de la relation avec les entreprises de travaux et l’industrialisation d’une méthode d’isolation, répond pleinement à cet objectif.

 

  • l’utilisation d’une plateforme numérique d’information à destination des artisans et du grand public (recommandation n°8)[2]
  • Avec sa plateforme Quelle Energie pour les particuliers et les artisans, le groupe Effy, a développé une palette d’outils en ligne pour faciliter le passage à l’acte et les démarches des particuliers dans la réalisation des travaux de rénovation énergétique : calcul des travaux les plus adaptés pour leur logement, estimation du coût des travaux, calcul des aides disponibles, mise en relation avec des professionnels qualifiés RGE, etc.

 

On le voit, la transition énergétique est porteuse d’opportunités pour le pays, pour l’économie, pour l’emploi et pour le pouvoir d’achat des particuliers.
Les auteurs du présent rapport appellent l’Etat à « utiliser sa position de grand donneur d’ordre et ses engagements en matière de réduction de consommation énergétique afin d’aider à l’émergence de cette offre. »

 

[1] Le rapport note que « même avec les aides fiscales, les travaux de rénovation énergétique coûteux et surtout complexes dissuadent trop souvent les propriétaires ou les bailleurs du passage à l’acte » et « l’écosystème de la rénovation n’est pas suffisamment lisible pour le client et peu favorable à la massification des travaux. Il conviendrait de structurer la filière autour d’un interlocuteur unique. »

[2] Le rapport relève que « les artisans du bâtiment sont trop nombreux à ignorer les dispositifs d’aides fiscales et en parallèle, les propriétaires manquent d’information fiables et d’outils de simulation qui les accompagnent dans leur prise de décision ».

[vc_empty_space height= »32px »]