Rénovation énergétique

 

Un rythme de rénovations insuffisant pour atteindre les objectifs énergie-climat

 

Dans un rapport d’avril 2017, l’inspection générale des finances (IGF) et le conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) notent que « le rythme actuel des rénovations est très en deçà des objectifs de la loi de transition énergétique ».

Selon l’enquête OPEN de l’ADEME, seulement 288 000 logements ont fait l’objet d’une rénovation performante en 2014, loin de l’objectif de 500 000 logements rénovés par an fixé par la LTECV.

La dynamique actuelle de travaux est donc insuffisante pour réduire significativement la consommation finale d’énergie et les émissions de GES du parc résidentiel.

 

Consommation d’énergie : les Français s’en préoccupent moins

 

Le dernier baromètre Energie-Info du médiateur national de l’énergie montre une moindre préoccupation des Français vis-à-vis de la consommation énergétique. Alors qu’en 2013, 79% des ménages se disaient préoccupés par la consommation d’énergie, ce nombre tombe à 68% en 2017 (-11 points en 5 ans), passant pour la première fois en dessous de la barre des 70%.

 

Pourtant l’enquête réalisée au mois de septembre 2017 confirme le poids des dépenses d’énergie dans le budget des ménages. Pour 2/3 des Français, les factures d’énergie représentent une part importante dans leurs dépenses. C’est notamment le cas pour les ouvriers (73%) et les habitants de la région Nord Est (71%), en hausse de 10 points en un an.

De plus, 1/3 des ménages dit avoir restreint sa consommation de chauffage pour ne pas avoir de factures trop élevées.

 

Les ménages ne sont pas suffisamment informés

 

Le constat d’une insuffisance de travaux et d’un recul de la conscience énergétique appelle une action volontaire de l’Etat pour sensibiliser les ménages à l’importance de la réduction des consommations d’énergie et plus encore lancer une campagne de communication innovante, visible et incitative qui marque les esprits et serve de bannière pour fédérer les initiatives locales.

Dans un rapport de décembre 2016, le groupe de travail « Nouvelles dynamiques de rénovation des logements » appelait ainsi à créer des « événements médiatiques à forte portée » et à « développer une communication qualifiée, proactive et ciblée vers les particuliers propriétaires », proposant par exemple des campagnes ciblant les propriétaires de maisons individuelles en zone pavillonnaire et s’adressant à des ménages « qui ne rentrent pas spontanément en contact avec le Service public de la performance énergétique ».

 

Les motivations pour agir dépassent les seules économies d’énergie

 

Le discours technique et financier sur les économies d’énergie n’est pas toujours un levier suffisant pour inciter au passage à l’acte. La communication à destination des ménages doit prendre en compte leurs attentes et leurs besoins, en insistant davantage sur le confort et le bien-être au sein de l’habitat. En plus d’imaginer de nouveaux arguments, le groupe de travail du Plan Bâtiment Durable recommande aussi d’utiliser de nouveaux supports pour les diffuser (nouveaux médias, réseaux sociaux…).

 

La massification des travaux de rénovation énergétique suppose une massification des outils de communication pour susciter l’adhésion et l’engagement des particuliers à passer à l’acte.

 

[vc_empty_space height= »32px »]