Pourquoi la rénovation énergétique pourrait être un des secteurs de la relance post-Coronavirus ?

 

 

« Restez chez-vous » mais « allez travailler » : c’est une injonction contradictoire que pointent de nombreuses entreprises depuis plusieurs jours, entretenant un certain flou sur la direction « économique » à suivre dans cette période de crise sanitaire. Confinement oblige, la France subit une série de revers économique, tendance qui devrait s’aggraver à mesure que l’épidémie ne sera pas jugulée. A la sortie de cette crise, il sera nécessaire de s’appuyer sur des secteurs d’activité solides, pourquoi la rénovation énergétique pourrait être l’un d’entre eux ?

Un secteur qui n’est pas à l’arrêt

Dans le secteur de la rénovation énergétique, la réalisation des travaux est souvent précédée d’une phase d’information/conseil/constitution de dossiers de demande d’aide qui ne nécessite pas de présence physique. En effet, comme chez Effy, cette phase peut être totalement digitalisé ou réalisée grâce à l’appui téléphonique d’un conseiller en rénovation énergétique. De fait, le confinement est un moment propice pour que les particuliers se renseignent sur la rénovation énergétique et sur les possibles aides auxquelles ils peuvent prétendre.

Un secteur potentiellement assaini

Voilà peut-être un des effets bénéfiques du confinement : plus de démarchage téléphonique abusif ! En effet, ces derniers mois, les pouvoirs publics constataient de manières impuissantes la prolifération de pratiques douteuses dans le secteur de la rénovation, dont le démarchage téléphonique abusif en était une des manifestations. Le confinement est venu mettre un coup d’arrêt à cette pratique, mais comment expliquer cet arrêt soudain ? Les entreprises qui utilisent ces procédés ont souvent des équilibres financiers peu stables, basés sur des logiques de court terme. En effet, les chantiers sont multipliés au maximum chaque jour et se font généralement le même jour que la visite technique … La chute de la demande conjuguée à la baisse prochaine des forfaits d’aide dans le cadre du « Coup de Pouce Isolation » ont peut-être eu raison de ces pratiques, et c’est une très bonne nouvelle !

Un secteur en forte demande

L’ADEME le révélait en 2019, le marché de la rénovation énergétique a augmenté de 79% entre 2006 et 2017, représentant un chiffre d’affaires d’environ 31 Md€. Dans cette même période, le volume d’emplois s’est accru de 60%, s’établissement à plus de 218 000 ETP. Cette réalité se traduit à la fois par une demande de la part des particuliers qui ne cessent de croître mais également un soutien public fort pour la réalisation de ce type de travaux. Le confinement ne déroge pas à cette règle ! Effy le précisait la semaine dernière dans un communiqué, tous les collaborateurs sont aujourd’hui en télétravail et restent mobilisés pour absorber le flux des demandes de particuliers qui s’élève à plus de 1000 par jour en moyenne !

Un secteur de relance prioritaire

Au lendemain de cette crise sanitaire, au moment où nous devrons nous interroger sur les secteurs essentiels pour notre économie, nous devrons affronter un autre combat, celui du climat. En lien avec nos objectifs climatiques et nos politiques publiques, le secteur de la rénovation énergétique se doit de répondre présent, il est le seul à même de pouvoir faire respecter nos objectifs de baisse de consommation d’énergie. Dans le même temps, la fin de cette épidémie donnera la voix à la Convention Citoyenne pour le Climat dont les travaux auront une résonance particulière dans un contexte d’après crise où des décisions fortes devront être prises. Nous savons d’ores et déjà que la rénovation énergétique aura une place singulière et que les professionnels devront répondre présents.

Plus d’articles sur ce thème