Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

Le Nouveau DPE – plus précis et encadré

La méthode 3CL-DPE a été mise au point par un groupe de travail composé entre autres de représentants de l’ADEME, EDF et GDF. Elle est une alternative à la méthode sur facture (obligatoire pour les bâtiments construits avant 1948). Le professionnel opte pour la méthode la plus pertinente compte tenu du bien et de ses caractéristiques.

Actuellement le métier de diagnostiqueur souffre : le chiffre d’affaires de la profession de diagnostiqueur immobilier baissera de 4% en 2013 selon les prévisions Xerfi. Ceci s’explique par une baisse des ventes et des constructions ainsi qu’une concurrence accrue du secteur (baisse des prix). Mais notamment aussi à cause de mauvaises pratiques de certains professionnels qui ont terni l’image des diagnostiqueurs.

 

Avec ces nouveaux calculs et un cadre légal plus contraignant imposé par l’Etat, le DPE sera davantage pris au sérieux et aura plus d’incidence sur le prix de vente d’une maison.

 

Les nouveaux calculs ont été transmis aux éditeurs de logiciels. Ces derniers sont en cours d’évaluation, qui est cette fois-ci obligatoire et encadrée. En 2013, seuls les DPE utilisant des logiciels validés par le ministère pourront, en effet, réaliser des diagnostics.

 

Les logiciels ont jusqu’au 1er avril pour intégrer ces nouveaux calculs

 

La méthode de calcul 3CL-DPE a été améliorée et devait entrer en vigueur dès le 1er janvier 2013.Certaines précisions supplémentaires sont apportées afin que ce nouveau DPE puisse rendre compte encore plus précisément des capacités énergétiques d’une maison.

 

Les principales nouvelles données sont :

Déperdition par la paroi

Le coefficient b (réduction des déperditions des volumes non chauffés), pour calculer les déperditions, sera plus précis. Ce coefficient s’applique au calcul des déperditions de chaque paroi (DPmur, DPplafond, DPplancher, DPbaie, DPporte).

 

DP = coef b x surface x coefficient de transmission thermique

 

Nouvelles données prises en compte pour calculer le coefficient b :
– Surface et Isolation (isolées, non isolées) des parois de séparation du local chauffé-non / chauffé et du local non chauffé / extérieur.
– Type du local non chauffé (garage, comble, circulation…).

Masques et Apports solaires

Les masques solaires, masques lointains (montagne, immeuble) et masques proches (balcon, loggia) seront pris en compte de façon plus méticuleuse dans le calcul du Sse (Surface sud équivalente). Le coefficient Fei (facteur d’ensoleillement) retranscrira la réduction d’énergie solaire induite par les masques sur la façade Sud.

 

Sse = surface de la baie × énergie solaire × masque × orientation

 

Les apports solairesLe calcul des AS (apports solaires) exigera que chaque fenêtre soit saisie, le calcul du Sse sera ainsi la somme des See de chaque fenêtre de la façade du bâtiment.

Déperdition par le renouvellement d’air

Le coefficient DR (Déperdition par renouvellement d’air) permet de calculer le GV (déperdition thermiques du bâtiment).

 

GV = DPmurs + DPplafonds + DPplanchers + DPbaies + DPportes + PT + DR

 

PT : déperdition par pont thermique

Nouvelles données prises en compte pour calculer le coefficient DR :– Joints Menuiseries (oui-non)
– Cheminée trappe (oui-non)
– Surface des parois déperditives hors plancher bas
– Surface habitable
– Type de ventilation
DR = Hvent + Hperm
Hvent : déperdition par le système de ventilation
Hperm : déperdition par la perméabilité à l’air du bâtiment

Coefficient d’intermittence

Ce coefficient INT (Intermittence de chauffage) va influencer le calcul de la consommation de chauffage d’une maison (Cch) :

 

Cch = Bch × Ich ×  INT

 

Bch : besoin de chauffage
Ich : inverse du rendement de l’installation

 

Le coefficient d’intermittence INT se calcule avec les données suivantes :
– Bâtiment (appartement, maison).
– Type de chauffage (divisé, central).
– Type de régulation (par pièce ou non).
– Equipement d’intermittence qui peut être de plusieurs sortes en chauffage individuel et collectif.
– Type d’émetteur (air soufflé, convecteurs…).
– Hauteur moyenne sous plafond
– Présence d’un comptage.

Calcul des puissances nominales des chaudières et des PAC à partir de leur dimensionnement

La puissance nominale est déterminée par sa puissance de dimensionnement sous forme de tableau. Selon la valeur de Pdim on affectera une valeur à Pn.

 

Pdim = max (Pch ; Pecs)

Calcul du rendement des systèmes à partir de leur puissance

La puissance du matériel (Pn) va impacter le calcul de la puissance émise utile par le générateur (Pe).

 

Pe = Pn × Rd × Rr × Re

 

Rd : rendement de distribution
Rr : Rendement de régulation
Re : Rendement d’émission

Autres éléments

Le nouveau DPE a ajouté de nouveaux matériaux et équipements à sa bibliothèque de données, il permet aussi le calcul automatique des abonnements d’électricité.

 

Il comprend des explications plus poussées sur la façon d’effectuer un DPE de façon conventionnelle, et apporte des solutions afin de gérer des situations plus complexes.

Articles liés

En savoir plus :  https://www.effy.fr/pro/gestion-entreprise/role-ademe

Plus d’articles sur ce thème