Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

« Une bonne qualité de l’air intérieur, c’est préserver la santé des occupants et du bâti », Herman Galerne

Par Rose Colombel

Publié le 14/10/2022 à 14h04, mis à jour le 17/10/2022 à 13h34

[Interview] En cette Journée nationale de la qualité de l’air, nous avons interviewé Herman Galerne, chef de produits Ventilation chez Ubbink France. Il revient sur l’importance d’une bonne ventilation dans les logements et sur les points de vigilance à prendre en compte pour réussir une installation.

Ubbink 2

Conduits semi-rigides Air Excellent ©Ubbink-BR

La ventilation est souvent considérée comme le parent pauvre du bâtiment. Et pourtant, un bon renouvellement d’air est essentiel. Dites-nous en plus.

 

Herman Galerne

Herman Galerne ©Ubbink-BR

 

La qualité de l’air intérieur est très importante, c’est un vrai enjeu sanitaire. Heureusement, la RE2020 le rappelle avec les contrôles qui seront effectués à réception des installations en ventilation pour être sûr que les débits et les pressions soient respectés. Auparavant, les maisons n’étaient pas aussi étanches à l’air que maintenant. S’assurer qu’il y a un bon renouvellement de l’air, c’est préserver la santé des occupants et du bâti.

 

Estimez-vous que le sujet entre peu à peu dans les mœurs ?

 

On le sent et j’en ai eu la confirmation sur Interclima. Nous avons organisé une conférence sur la qualité de l’air intérieur et ça a été très apprécié. Il y avait beaucoup de monde à chaque fois.

 

Un réseau de ventilation n’est pas apparent dans un logement. Plus on communiquera sur l’importance de la ventilation, plus les gens en prendront conscience. Il faut donner les bonnes pratiques, rappeler aux gens que ça s’entretient, que ça participe au bon renouvellement de l’air intérieur, que ça limite les maladies respiratoires sur le long terme. C’est un travail de sensibilisation.

 

Comment accélérer cette prise de conscience ?

 

Si ça rentrait dans le DPE d’un logement par exemple, il y aurait sans doute plus de vigilance sur la ventilation. Ça pourrait être une des clés.

 

A notre niveau, c’est en parler davantage, c’est trouver des solutions innovantes pour faciliter la vie des installateurs qui ne sont pas toujours formés pour ça. En effet, beaucoup d’installateurs ne sont pas spécialisés en ventilation. Il n’y a pas de métier à proprement parler. Jusque-là, c’est le lot électricité qui récupérait la ventilation parce qu’il fallait raccorder la centrale simple flux ou tout appareil de ventilation au compteur électrique. Il faut aussi que ça reste accessible pour le particulier et démystifier cette partie en rappelant que c’est important de le faire de manière efficace.

 

Quels sont les points de vigilance à prendre en considération pour réussir son installation ?

 

Si l'on se focalise sur la simple-flux :

 

  • Les entrées d’air doivent être disponibles, fonctionnelles et en nombre suffisant
  • Le détalonnage doit être suffisant dans les logements pour pouvoir, même portes fermées, être sûr que l’air va circuler des pièces de vie vers les pièces d’eau et être extrait
  • Les bouches d’aspiration dans les pièces d’eau doivent être bien positionnées, en hauteur, ne pas être proches d’un mur, ni obstruées par une armoire par exemple
  • La centrale doit elle aussi être bien positionnée, suffisamment proche du terminal en toiture pour limiter les pertes de charge, et pas trop éloignée de la bouche de la cuisine
  • Le choix du terminal en toiture est également important puisque la centrale ne pourra pas aspirer plus d’air qu’elle ne pourra en rejeter en toiture
  • Le réseau doit être bien connectée. En ce sens, Ubbink propose un système de joint et de clips de blocage pour éviter tout déboitement du conduit
  • Bien sûr, il faut s’assurer que les conduits ne soient pas écrasés

 

Que recommandez-vous en termes de solutions ?

 

La ventilation demande une certaine technicité et en rénovation, on retrouve tout l’intérêt de la gaine semi-rigide que l’on fabrique avec des sections aplaties pour pouvoir se faufiler dans l’existant. Pour une bonne ventilation, il faut que le conduit ne s’écrase pas et qu’il puisse être entretenu.

 

Air Excellent UBBINK

©Ubbink-BR

 

Avec La gamme Air Excellent, on garantit le non-écrasement. Les solutions sont antistatiques et antibactériennes, ce qui évite à la saleté de se déposer. Et quand bien même, elle se déposerait, il est possible de ramoner ce type de conduit. Nous répondons ainsi aux attentes réglementaires et nous inscrivons dans une démarche vertueuse puisque l’on permet de tendre vers une bonne qualité de l’air intérieur avec un réseau de qualité, qui en plus, avec ses faibles pertes de charge, limitera la surconsommation énergétique du ventilateur de la centrale raccordée. Tout cela va dans le bon sens.

 

De quelle façon accompagnez-vous les professionnels dans leurs installations ?

 

Nous avons un bureau d’études intégré. L’installateur peut nous transmettre les plans d’un logement, la désignation des pièces et l’emplacement de la centrale. Que ce soit sur du neuf ou de la rénovation, nous allons pouvoir déterminer quel type de conduits il lui faut, le métré, etc.

 

En parallèle de la RE2020, dès que nous avons vu apparaître les prémices du protocole de vérification des installations de ventilation, nous nous sommes dit que ce serait bien de faire un petit guide pratique qui permette une lecture facilitée de ce texte et détaille tous les points qui peuvent éviter les pertes de charge notamment et les défauts d’étanchéité. Nous avons ainsi réalisé les Chroniques de la ventilation pour donner les moyens au professionnel de réussir son installation.

Rose Colombel

Journaliste - Responsable de contenus B2B pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis sept ans. Valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière. C'est avec enthousiasme et humilité que je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité.

Plus d’articles sur ce thème