Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

Bâtiment : le point de vente, espace de reconnaissance, de pédagogie et d’interaction

Par Rose Colombel

Publié le 21/07/2022 à 14h22, mis à jour le 22/07/2022 à 10h17

Une récente étude de l’Observatoire des artisans et des prescripteurs du bâtiment - BatiObs, réalisée par Cohésium et Brands at Work, revient sur les habitudes et les attentes des pros vis-à-vis de leur point de vente. Combien de temps y passent-ils ? Quels sont leurs critères de choix ? Nous vous présentons les principaux résultats.

Crise des matériaux : distributeurs et fabricants s'engagent

L'artisan et le point de vente, une relation privilégiée ©Shutterstock

En moyenne, les artisans du bâtiment fréquentent 3,7 points de vente et s’y rendent 4,1 fois par semaine, révèle l’édition 2022 de *BatiObs.

 

Pour la grande majorité des sondés, la distance entre les chantiers et leur point de vente oscille entre 5 et 20 kilomètres.

 

Sans surprise, les artisans du bâtiment fréquentent leur point de vente tôt le matin. L’horaire privilégié ? Entre 7h et 8h pour 49% des interrogés.

Le point de vente plutôt que des achats en ligne

Le point de vente reste le canal préféré des pros pour se fournir. Les artisans interviewés estiment y effectuer 89% de leurs achats.

 

Lire aussi : Crise des matériaux, la distribution s'engage   

 

Utilisent-ils les services en ligne proposés par leurs fournisseurs (casier de retrait, livraison, click and collect…) ? 59% répondent par la négative parmi lesquels 73% des peintres et 74% des plaquistes. A contrario, 62% des électriciens déclarent s’appuyer sur les outils digitaux.

 

26% des professionnels qui se rendent quotidiennement dans leur point de vente utilisent aussi des services en ligne.

Le point de vente, un partenaire

Que font les artisans une fois dans leur point de vente ? 90% passent au comptoir, 12% au libre-service et 12% dans la cour, là où sont stockées les marchandises. A noter que 92,5% des interrogés ne sont pas connectés avec leur vendeur comptoir via les réseaux sociaux.

 

Pour les artisans du bâtiment, le point de vente est un :

 

  • Partenaire (49%)
  • Fournisseur « sans plus » (40%)
  • Conseiller (23%)
  • Expert (18%)
  • Ami (12%)

 

C'est aussi :

 

  • Un « espace de reconnaissance ». C’est le seul endroit où l’artisan est le client
  • Un « espace d’interaction ». L’artisan peut « prendre du temps pour échanger avec ses pairs et imaginer des chantiers à venir », note l’étude.
  • Un « espace de pédagogie ». L’artisan peut se former en « réel » sans passer trop de temps « et en gardant sa crédibilité ».

 

Les artisans participent-ils aux Journées techniques ou aux présentations de produits organisés par leurs fournisseurs ? Un peu plus de la moitié a déclaré prendre part à ces initiatives.

 

Qu’en est-il de leurs principales sources d’information ? Pour tout ce qui est aspects techniques et légaux, les fournisseurs et distributeurs restent la première source d’informations pour 58% des artisans du bâtiment. Suivent les fabricants et industriels (34%), les sites gouvernementaux (13%), les syndicats (11%) et les associations et groupements d’artisans (8%).

 

* Pour cette étude, Cohésium et Brands at Work ont interviewé 400 artisans du bâtiment entre avril et mai 2022. 24% d’électriciens, 20% de maçons, 22% de peintres, 16% de plaquistes, 18% de plombiers.

Rose Colombel

Journaliste pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis près de sept ans. Convaincue que valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière, je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité avec enthousiasme et humilité.

Plus d’articles sur ce thème