Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

Les enjeux sanitaires au coeur des préoccupations du secteur du bâtiment

Par Mariana Gonçalves

Publié le 09/06/2021 à 12h35, mis à jour le 23/02/2022 à 13h31

Est-ce que l’aspect sanitaire entre en compte dans la conception et la construction d’un bâtiment ? C’est la question que s’est posée l’association Bâtiment Santé Plus. Résultat : si les acteurs du secteur ont conscience des enjeux sanitaires, ils manquent clairement d’informations à ce sujet.

55 % des acteurs du BTP font de la santé, une priorité dans la conception de leurs projets. C’est ce que révèle une étude de l’association Bâtiment Santé Plus en partenariat avec le Conseil National de l’Ordre des Architectes, l’Ademe et le Service Architecture du Ministère de la culture. Réalisée par l’ENSAI Junior Consultant au printemps 2021, cette étude sur les enjeux de la santé dans le bâtiment a interrogé 320 acteurs du secteur dont 30 % d’architectes, 25 % de bureaux d’études et 10 % de maîtres d’ouvrage.

L’influence positive de la crise sanitaire

Si 25 % des personnes interrogées affirment avoir intégré l’enjeu sanitaire dans leurs projets avant 2000, 41 % l’ont fait depuis 2015. Un chiffre en hausse qui montre que cet aspect est devenu primordial en construction comme en rénovation. L’enjeu sanitaire a même bénéficié d’un effet Covid : 67,7% des maîtres d'ouvrage, investisseurs et foncières ont ainsi été sensibilisés à l’impact sanitaire, contre 15,8 % des entreprises de construction, installation et maintenance.

 

La crise sanitaire a mis l’accent sur deux préoccupations de taille. Pour éviter les risques de transmission de virus, les acteurs doivent réfléchir à des méthodes pour renouveler l’air en misant sur l’aération et la ventilation. De plus, les nouveaux usages comme le télétravail, ont permis une prise de conscience sur la nécessité d’adapter les projets en privilégiant de grands espaces intérieurs et extérieurs.

Qualité de l’air et ensoleillement : deux critères majeurs

Pour 86,3 % des acteurs du secteur, c’est la qualité de l’air qui prime dans tous les projets. Suivent l’orientation, l’ensoleillement et la lumière pour 65,6 % des interrogés, ex aequo avec le confort thermique. L’acoustique arrive en quatrième position pour 39,4 % des personnes interrogées. 

 

Ces chiffres ne concernent pas les architectes, qui privilégient à 82,5 % l’orientation, l’ensoleillement et la lumière pour leurs projets. Suivent la qualité de l’air et l’accès à un espace extérieur et à la nature. L’acoustique n’arrive qu’en quatrième position.

La démocratisation des matériaux écologiques

Bonne nouvelle ! 62,6 % des acteurs du secteur utilisent des matériaux biosourcés pour leurs travaux. 40 % sont écoconçus et issus du recyclage, mais seuls 18,4 % des acteurs réemploient ou réutilisent des matériaux. Enfin, 52,2 % des interrogés savent qu’un matériau bon pour l’environnement n’est pas forcément bon pour la santé. 

 

Preuve qu’il y a une méconnaissance de l’impact sanitaire des bâtiments et des matériaux : 93 % des acteurs du secteur révèlent avoir besoin d’informations et de formations. Seuls 66 % des architectes, 73 % des bureaux d’études environnementales et 48 % des maîtres d’ouvrage déclarent être formés à ce sujet.

Mariana Gonçalves

Journaliste web pour Effy

Journaliste curieuse de tout, je décrypte pour vous les travaux de rénovation énergétique. Proche de la nature, mon rêve serait d'avoir une tiny house autonome en plein cœur de la forêt.

Plus d’articles sur ce thème