Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

En France, 5,2 millions de résidences principales sont des « passoires thermiques »

Par Rose Colombel

Publié le 01/08/2022 à 08h01, mis à jour le 09/09/2022 à 08h25

Sur les 30 millions de résidences principales que compte la France au 1er janvier 2022, 5,2 millions sont des passoires thermiques, soit 17% du parc, selon une étude de l’Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE) publiée le 22 juillet dernier. C’est plus que les 4,8 millions précédemment estimés. Tous les détails.

Etiquette énergétique Passoires

Le nombre de passoires thermiques revu à la hausse ©Shutterstock

Le nouveau mode de calcul du diagnostic de performance énergétique (DPE) a-t-il fait augmenter la part de logements très énergivores ? La réponse est oui, selon une nouvelle étude de l’ONRE réalisée à partir de données collectées par l'Ademe, sur la période décembre 2021-mars 2022. 

 

Au 1er janvier 2022, sur les 30 millions de résidences principales :

 

  • 1,5 million sont peu énergivores (étiquettes A et B du DPE), soit 5% du parc ;
  • 5,2 millions sont des « passoires thermiques » (étiquettes F et G du DPE), soit 17% du parc, parmi lesquelles 0,5 million sont très énergivores (consommation annuelle d’énergie finale supérieure à 450 Kwh/m2/an).

 

Pour rappel, en 2018, l’ONRE avait estimé à 4,8 millions, le nombre de passoires thermiques en France. Quelle est l’étiquette la plus fréquente ? C’est la D. Elle concerne 32% du parc vs 24% et 22% pour les étiquettes C et E respectivement.

 

Lire aussi : La pompe à chaleur pour des rénovations performantes ? 

Les caractéristiques des logements les plus énergivores

Les passoires énergétiques sont plus fréquentes parmi les maisons individuelles que dans les logements collectifs, et plus nombreuses dans le parc privé que dans le parc social.

 

Les logements les plus petits sont les plus énergivores : « près de 34% des biens de moins de 30 m2 ont une étiquette F ou G, contre 13% des logements de plus de 100 m2 », souligne ainsi l’étude.

 

Les logements classés F ou G sont chauffés à :

 

  • 44% au fioul
  • 12% au gaz ou au bois
  • 15% à l’électricité

 

Le taux de passoires thermiques est de 29% en zone A bis (Paris et petite couronne). Il est également élevé en zone peu tendue C (20%). Il est moindre dans les autres zones : A, B1 et B2.

 

Une nouvelle estimation devrait être réalisée en 2023. 

Rose Colombel

Journaliste pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis près de sept ans. Convaincue que valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière, je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité avec enthousiasme et humilité.

Plus d’articles sur ce thème