Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

Pompe à chaleur : la filière vise un triplement des ventes à horizon 2050

Par Rose Colombel

Publié le 11/05/2022 à 13h15, mis à jour le 22/07/2022 à 13h15

La croissance du marché de la PAC ne devrait pas s’arrêter de sitôt. Lors d’un point presse organisé mardi 10 mai, l’Afpac a présenté sa prospective à l’horizon 2050. Les ventes pourraient tripler par rapport à 2021 pour atteindre les deux millions d’unités vendues par an, tous segments confondus.

Installation PAC

Le marché de la PAC pourrait tripler d'ici à 2050 ©Maxime Huriez

L’Association française de la pompe à chaleur (Afpac) est optimiste pour l’avenir. Dans une prospective présentée mardi 10 mai, l’Afpac revient tout d’abord sur l’évolution du marché français des PAC en 2021. On retiendra les chiffres suivants :

 

  • + 51% pour le segment air/eau avec plus de 274 000 unités vendues
  • + 3% pour les PAC air/air avec plus de 837 000 unités vendues

Une croissance exceptionnelle à horizon 2050

Cette dynamique marché devrait se poursuivre et même s’intensifier quel que soit le segment. L’Afpac anticipe notamment un triplement des ventes. Ainsi, à horizon 2050, plus de deux millions d’unités pourraient être vendues chaque année :

 

  • 1,1 million de PAC air/air
  • 850 000 de PAC air/eau
  • 70 000 de PAC géothermiques

 

Lire aussi : Pompe à chaleur, solaire, mobilité électrique, le trio gagnant de la transition énergétique ? 

 

Parmi ces équipements, 1 450 000 seraient destinés à la maison individuelle. Sur ce segment, l’Afpac prévoit une forte accélération du marché dès 2022, notamment en ce qui concerne les travaux de rénovation énergétique. La PAC hybride représenterait jusqu’à 10% du marché de la PAC air/eau en rénovation appuyée par le développement du biogaz, avance la prospective.

Emploi : des perspectives revues à la hausse

La prospective présentée par l’Afpac s’appuie sur les évolutions réglementaires et leur impact sur le bâtiment. Par exemple, la fin des chaudières au fioul dans le neuf comme en rénovation, l’interdiction de location des passoires thermiques (logements classés G en 2025 et ceux classés F dès 2028 au titre du Diagnostic de performance énergétique) ou encore la fin du fossile dans le logement individuel en rénovation sur la période 2040-2050.

 

Le scénario repose aussi sur différentes hypothèses : la construction de 378 000 logements résidentiels neufs par an ou encore la rénovation d’un million de logements par an d’ici à 2030 puis de 800 000 logements à partir de 2030.

 

Pour parvenir à l’objectif et répondre à une demande grandissante, l’Afpac a évalué à 41 000 le nombre d’emplois nouveaux à créer dans les huit prochaines années (contre 20 000 annoncés précédemment). Les ambitions ont ainsi été revues à la hausse.

Rose Colombel

Journaliste - Responsable de contenus B2B pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis sept ans. Valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière. C'est avec enthousiasme et humilité que je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité.

Plus d’articles sur ce thème