Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

Rénovation : « la phase d’études est indispensable à la réussite du projet »

Par Rose Colombel

Publié le 24/01/2022 à 10h26, mis à jour le 22/07/2022 à 13h40

L’Agence Qualité Construction (AQC) organisait, le 13 janvier dernier, un webinaire intitulé : « Conception et dimensionnement des équipements en rénovation » ; l’occasion de délivrer de nouveaux enseignements pour des chantiers de qualité. Nous revenons sur les points de vigilance évoqués lors de ce rendez-vous.

Un nouveau rapport de l’AQC, publié dans le cadre du dispositif REX Bâtiments performants, révèle 12 enseignements clés autour de la conception et du dimensionnement des équipements techniques en rénovation.

 

Les non-qualités et difficultés répertoriées sont issues d’enquêtes terrain menées sur 20 opérations de rénovation datant de moins de trois ans. 14 constats concernent des travaux réalisés dans des maisons individuelles.

Attention à l'emplacement du thermostat

Premier chantier présenté par Marie-Pierre Nesme, Chargée de mission AQC (enquêtrice), un logement dans lequel l’isolation a été renforcée dans les combles, la chaudière remplacée, et le sèche-serviette à eau chaude changé pour un mixte.

 

« Le chauffage émanant de la salle de bain vient perturber le fonctionnement du thermostat de l’installation située face à la porte de la salle de bain ». Résultat, le matériel a du mal à gérer les températures de consigne dans les différentes pièces, ce qui génère de l’inconfort et une surconsommation énergétique.

 

L’AQC rappelle ainsi que le thermostat doit être placé dans un endroit « représentatif de la température de la pièce de vie », à une distance située entre 0.90 cm et 1m30 du sol. « Attention aux apports indirects (TV, radiateur, sèche-serviette…) et aux apports directs comme le soleil ».

 

D’autres enseignements viennent compléter la partie « chauffage » du rapport parmi lesquels :

 

  • Réaliser une étude de dimensionnement pour déterminer la puissance à installer ;
  • Choisir une régulation et une programmation adaptées à l’usage ;
  • Privilégier des systèmes de gestion évolutifs.

ECS : comment éviter les surcoûts liés à l’eau et à l’énergie ?

Le rapport revient ensuite sur deux enseignements en lien avec l’eau chaude sanitaire.

 

1. L’une des opérations analysées consistait en une rénovation globale.

 

La production d’eau chaude sanitaire et le réseau de distribution ont été remplacés, et la salle de bain rénovée. Problème, l’attente est trop longue pour obtenir de l’eau chaude (temps évalué à 20 secondes).

 

Parmi les constats :

 

  • Inconfort et mécontentement des usagers ;
  • Gaspillage d’eau et d’énergie ;
  • Surcoûts ;
  • Risques sanitaires liés à la légionellose en cas d’absence prolongée.

 

Quelles sont les pratiques à adopter ?

 

  • Chercher à limiter les distances entre production d’eau chaude et point de puisage ;
  • Envisager un deuxième système de production si les points de puisage sont éloignés du point de mise en distribution ;
  • Le volume des tubes finaux d’alimentation doit être inférieur ou égal à 3 litres.

 

💡 Petit rappel de la réglementation en vigueur : lorsque le volume entre le point de puisage le plus éloigné et le système de production est supérieur à 3 litres, la température de l’eau doit être supérieure à 50°C en tout point du système de distribution.

 

2.Deuxième chantier de rénovation cité, la mise en place d’un ballon solaire.

 

Les enquêteurs ont constaté que la température du lieu de stockage était élevée en raison de l’absence d’extraction d’air dans le local. Résultat : élévation de la température dans les locaux adjacents et inconfort des occupants.

 

L’AQC souligne la nécessité de prévoir la ventilation du local, de renforcer l’isolation du ballon d’eau chaude et d’isoler les réseaux de distribution pour limiter les déperditions.

 

Pour aller plus loin… Voici les autres enseignements issus des différents chantiers analysés :
 

  • Prévoir les calorifugeages des réseaux et organes de réglage ;
  • Veiller à la bonne gestion des appoints électriques ;
  • Proscrire le surdimensionnement des ballons d’eau chaude thermodynamiques.

Confort et qualité de l’air

Du côté de la ventilation, plusieurs points de vigilance ont été présentés. A retenir :

 

  • Faire le diagnostic de l’installation existante ;
  • Réaliser les plans d’exécution des réseaux de gaines ;
  • Bien dimensionner et positionner les diffuseurs et bouches de soufflage ;
  • En VMC double flux, éloigner la prise d’air neuf de tout polluant potentiel ;
  • Faciliter l’accès aux équipements techniques.

 

En guise de conclusion, l’AQC insiste : « La phase d’études est indispensable à la réussite du projet ». Il apparaît également important « de prioriser les travaux » pour une rénovation performante.

 

Des équipements bien dimensionnés permettent d’optimiser leur performance, leur gestion et leur pérennité. « La conception et le dimensionnement des équipements en rénovation doivent être étudiés afin de répondre au besoin du site et aux attentes du maître d’ouvrage tout en garantissant la fiabilité, la sécurité et un moindre impact environnemental ».

Rose Colombel

Journaliste pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis près de sept ans. Convaincue que valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière, je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité avec enthousiasme et humilité.

Plus d’articles sur ce thème