Bilan 2023 : Le solaire et les pompes à chaleur s'en sortent le mieux

Sommaire

Selon le dernier bilan publié par la fédération de distributeurs Coédis, la croissance des ventes d’équipements de génie climatique reste inégale et fortement influencée par le contexte, après une année 2023 marquée par le recul des chantiers dans le neuf. Qu’en sera-t-il en 2024 ? Effy décrypte ces chiffres.

 

Coédis, la fédération des distributeurs d’équipements et solutions électriques, génie climatique et sanitaires a publié le 2 juillet 2024 sa note de conjoncture annuelle 2023.

 

En 2023, l’activité des négociants professionnels en produits du second œuvre bâtiment est restée plutôt stable, et enregistre un chiffre d'affaires de 14,5 milliards d'€ HT, soit une progression de 2,7%, toutefois inférieure à l’inflation moyenne de 5%.

Un contexte ralenti nuancé par la rénovation

Si le secteur amélioration-entretien bénéficie d’une hausse de 3% de croissance, grâce à l’élan de la rénovation énergétique, Coédis souligne toutefois le contexte de ralentissement de l’activité du secteur bâtiment « avec un recul historique des chantiers dans le neuf (-20% en résidentiel et -15 % en tertiaire) ».

 

La fédération alerte ainsi sur « une décélération conséquente des activités observée au second semestre 2023, après un premier semestre positif, situation tendant à se poursuivre en ce début 2024 ».

 

Concernant les activités de génie climatique, Coédis observe en 2023 une hausse de +5,9% sur l’année, notamment grâce aux ventes de matériels à énergies renouvelables et thermodynamiques.

 

Evolution chiffre d'affaires coédis

Les pompes à chaleur air/air continuent de convaincre

Les pompes à chaleur conservent ainsi une bonne dynamique. 

 

Les ventes de modèles air/eau sont toutefois impactées par la baisse de la construction neuve et l’instabilité des aides publiques à la rénovation, et terminent donc l’année avec une baisse de -2% des ventes en valeur. 

 

Cela se poursuit pour ce début d’année 2024 : fin mai, le chiffre d’affaires a diminué de -38,9% en cumulé.

 

Pour la suite de l’année, les « atermoiements des politiques publiques de la rénovation énergétique » et la chute de la construction neuve devraient se répercuter sur les pompes à chaleur air/eau, pour qui « l’année 2024 s’inscrira en net retrait par rapport à 2023 », selon le bilan.

 

Les pompes à chaleur air/air sont en revanche plébiscitées, notamment pour leur pertinence en remplacement d’installations de chauffage électrique pour apporter du confort en été, et connaissent donc une hausse de +19% de croissance en valeur. 

 

Et cela continue plus doucement en 2024 : en mai 2024, le chiffre d’affaires est en hausse de +1,8%. Cette progression devrait se poursuivre grâce aux tendances du marché de la rénovation, et du fait de l’impact faible des aides sur leurs ventes.

 

Pour aller plus loin : Pompes à chaleur : 10% de croissance annuelle d’ici 2027 ?

Un plébiscite des chaudières plus responsables

Les consommateurs se tournent vers des modes de chauffage plus responsables. Ainsi les ventes de chaudières à combustible fossile sont en baisse, surtout pour le fioul, qui enregistre -23% de baisse en 2023. 

 

Mais malgré la réduction des aides publiques et les contraintes réglementaires, Coédis constate une prolongation de vie de certaines chaudières anciennes, dans l’attente de leur remplacement

 

Pour 2024, la fédération estime que les chaudières traditionnelles devraient continuer à voir leurs ventes décroître de façon lente.

L'énergie solaire au beau fixe

2023 aura aussi été l’année du solaire ! Malgré une fin d’année moins positive pour les systèmes solaires thermiques qui concluent l’année avec -2% d’activité, le secteur est boosté par les panneaux solaires photovoltaïques, qui connaissent une progression record : +76% sur 2023. Une croissance encouragée par la hausse des prix de l’énergie et par les dispositifs d’aides, qui ont convaincu de nombreux Français à choisir l’autoconsommation solaire.

 

En revanche, la vente des chaudières biomasse diminue fortement : -22% en 2023 et la tendance à la baisse se poursuit avec une baisse de -37% fin mai 2024. Là encore, cette progression traduit l’impact des aides, qui ont diminué pour ces équipements, et d’une hausse du prix des granulés fin 2022

 

L’activité solaire devrait elle poursuivre sa croissance en 2024, avec une offre élargie et des prix adaptés à la massification du marché. « L'innovation et la réduction des coûts pourraient être des facteurs de développement à exploiter par les réseaux de distribution », souligne Coédis.

 

Sur le même sujet : +79% d’installations photovoltaïques en 2024

L’importance du parc soutient les chauffe-eaux

En termes d’eau chaude sanitaire, les chauffe-eaux thermodynamiques font un score record en 2023 : +15% en valeur pour les monoblocs et +9% pour les bi-bloc. 

 

Les chauffe-eaux électriques restent cependant un choix toujours plébiscité notamment dans le cadre de rénovations, qui équipent aujourd’hui 40% des logements. Ils enregistrent ainsi +5% de ventes en 2023.

 

Selon Coédis, en raison de l’importance du parc existant, le rythme continuera à croître en 2024. Ainsi, chaque année 1,5 million de chauffe-eau sont vendus. La baisse d’activité dans la construction du neuf aura toutefois un impact sur les ventes.

Des résultats variables pour la ventilation

Dans l’ensemble, l’activité de VMC poursuit un rythme de croissance positif avec +6% de ventes pour les logements individuels. Cependant, les différentes solutions de ventilation sont impactées par des contextes variés. 

 

Ainsi, les solutions simple-flux hygroréglables subissent la baisse de la construction neuve et les VMC double-flux en logement individuel celle des aides publiques. De leur côté, les systèmes autoréglages bénéficient du marché de la rénovation. En habitat collectif et dans le tertiaire, le chiffre d’affaires lié aux VMC simple et double-flux ont augmenté de +12%.

 

Fin mai 2024, le chiffre d’affaires du secteur se stabilise avec +0,1% de croissance. La filière professionnelle appelle « un soutien plus actif des aides publiques en faveur des systèmes de ventilation simple et double flux ». Le rapport souligne également un fort potentiel de rénovation dans les bâtiments publics, notamment les écoles. 

Le chauffage électrique se maintient

Sur le segment des émetteurs de chaleur, les ventes sont dans l’ensemble en baisse : -6% du côté des radiateurs eau chaude et -3% de chiffre d’affaires pour les planchers chauffants / rafraîchissants basse température, tous deux impactés par la chute de la construction neuve. 

 

Les chauffages électriques, « malgré une régression régulière due à une réglementation RE2020 peu favorable, conservent une position de résilience tant sur le marché du remplacement que dans les zones climatiques chaudes ou en solution de complément à une PAC ou un poêle à bois », souligne la note de conjoncture.

 

Malgré le contexte difficile, le chiffre d’affaires de la régulation du chauffage est en hausse de +6% en 2023, notamment grâce aux obligations réglementaires, qui encouragent également la Gestion Technique des Bâtiments.

 

Pour 2024, en revanche, le contexte de marché est plus morose : Coédis constate une baisse du chiffre d’affaires de -11% pour le chauffage électrique et de -9,2% pour le chauffage eau chaude.

Un contexte de crise perturbé mais transitoire

Dans l’ensemble, les perspectives dans le logement neuf restent dans la continuité de 2023, avec une poursuite de la régression des chantiers. 

 

La Fédération Française du Bâtiment estime ainsi une baisse de -16% des mises en chantier et de 12% des permis de construire, ce qui amènerait le chiffre d’affaires du secteur à diminuer de 5,5%.

 

Malgré un contexte instable des politiques publiques pour la rénovation énergétique, Coédis souligne que « le gisement potentiel de rénovation énergétique des bâtiments demeure présent notamment dans le secteur du non-résidentiel, n’ayant pas vraiment engagé les plans de rénovations imposés par le décret tertiaire, ainsi que dans l’habitat collectif privé restant très en retard dans l’amélioration de ses performances ».

 

Cette période perturbée devrait donc rester transitoire pour le secteur, qui devrait prochainement voir des jours meilleurs.

Ariane Debernardi

Rédactrice

Animée par la transition écologique, c’est tout naturellement que je me suis tournée vers les sujets autour de la rénovation énergétique. Pour Effy, je vous informe donc sur les actualités de ce secteur.

Ceci peut aussi vous intéresser