Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

Avec Isocoton, ISOVER donne une seconde vie aux vieux vêtements

Par Rose Colombel

Publié le 14/04/2022 à 08h41, mis à jour le 22/04/2022 à 09h46

INTERVIEW. Le 7 avril 2022, ISOVER a présenté Isocoton, son nouvel isolant biosourcé issu du recyclage de vieux vêtements et de chutes d’industries textiles. Nous avons interrogé Marion Guélou, Responsable d'équipe Marketing Produits de Placo® ISOVER, pour en savoir plus sur ce lancement.

Packaging Isocoton

ISOVER lance Isocoton, un nouvel isolant biosourcé ©ISOVER

En matière d’isolation biosourcée, ISOVER n’en est pas à son coup d’essai. Il y a vingt ans, le fabricant innovait avec Florapan, un isolant à base de chanvre, puis lançait, en 2013, Isoduo, une solution hybride à base de laine de verre et de fibre de bois co-développée avec Buitex. Cette incursion sur le marché du bois s’était ensuite confirmée avec le rachat de la société Isonat, en 2016.

Isocoton, une alternative « responsable » pour l’isolation intérieure des logements

Fort de cette expérience, la filiale du groupe Saint-Gobain a dévoilé, le 7 avril dernier, Isocoton, son nouvel isolant biosourcé.

 

Cette nouveauté produit vient répondre au contexte réglementaire et à l’urgence climatique. « On encourage de plus en plus les travaux de rénovation énergétique des bâtiments en augmentant leur efficacité », nous explique Marion Guélou. Elle s’inscrit également « dans une tendance de fond qui pousse à l’isolation biosourcée ».

 

Pour ISOVER, c’est aussi l’opportunité d’enrichir ses gammes et de renforcer la stratégie de développement de solutions d’isolation multi-matériaux. « L’enjeu est de répondre aux besoins spécifiques des clients via différentes solutions », souligne Marion Guélou.

 

Lire aussi : ISOVER nous parle d'Isover Recycling

Isocoton, un produit 100% made in France

Isocoton est fabriqué à Cours-la-Ville (69) près de l’usine Isonat. L’appareil de production existait déjà. De ce fait, « nous n’avons pas eu besoin d’investir dans une nouvelle ligne », précise Marion Guélou.

 

La matière première est issue des filières françaises de collecte et de recyclage de vieux vêtements ainsi que de chutes d’industries textiles. Les fibres textiles sont séparées les unes des autres « pour réduire les étoffes en bourre ou en ouate ». Elles sont par la suite thermocollées. En résulte un panneau isolant souple et rigide à la fois.

 

Isocoton, un isolant souple et rigide à la fois
Isocoton, un isolant souple et rigide à la fois ©Raphaël Demaret

 

Dans un communiqué ISOVER souligne : « Cette transformation par voie sèche 100% réalisée en France réduit l’impact de sa production sur l’environnement en limitant fortement sa consommation d’eau ». La démarche permet de valoriser une matière première disponible « en très grande quantité ». Chaque année, 12 kg de vêtements sont jetés par chaque Français et pas moins de 4 millions de tonnes pour l’Europe (source Ademe).

Un produit « agréable » à poser

Isocoton se décline en 5 épaisseurs de 40 mm / 100 mm / 120 mm / 140 mm / 200 mm et peut s’appliquer pour isoler les cloisons, les murs, les combles perdus ou aménagés et les plafonds. L’isolant réduit la propagation du bruit, souligne également ISOVER. Il présente par exemple un RA = 38 dB pour une cloison 72/48 avec une plaque BA13 et de l’Isocoton 40 mm. Il bénéficie d’une réaction au feu sous ACERMI ainsi que des extensions feu avec l’ensemble des systèmes de plaques de plâtre Placo®, en cloisons, contre-cloisons et plafonds.


Lire aussi : Placo inaugure Pari Plâtre 

 

Pour ce qui concerne la pose, ISOVER précise : « Isocoton est un produit doux et moelleux, agréable à poser ». L’isolant est également léger ce qui facilite sa manipulation sur les chantiers.

 

Quelques subtilités sont néanmoins à prendre en compte. « C’est un produit biosourcé pour lequel la pose d’une membrane pare-vapeur est obligatoire en mur et en combles perdus ou aménagés. Il y aura une attention particulière lors de la mise en œuvre de cette membrane notamment pour garantir une continuité d’étanchéité à l’air et de gestion de vapeur d’eau. Aussi, en mur, si l’on veut utiliser le système Optima, les produits doivent être posés à l’horizontal donc en joints décalés, ce qui est un peu différent de la pose d’une laine de verre où l’on va généralement poser le rouleau à la verticale », indique Marion Guélou.

 

Isolation des murs avec Isocoton
Isolation de mur avec Isocoton ©Raphaël Demaret

 

Pour accompagner les artisans du bâtiment dans la mise en œuvre d’Isocoton, ISOVER prévoit la publication d’un guide. Des tutos de pose seront également proposés tout comme des modules de formation.

 

Pour ce produit, une Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES) arrivera

« dans un second temps. C’est un engagement chez ISOVER. Tous nos produits doivent être sous FDES de forme à être transparent vis-à-vis de nos clients ».

 

ISOVER indique enfin que le produit est éligible aux aides à la rénovation énergétique selon les épaisseurs et les applications.

 

Fiche technique :

- Réaction au feu : E
- Tolérance d’épaisseur : T2
- Lambda 37
- Semi-rigide à partir de 100 mm
- Etiquetage sanitaire : A+
- Numéro ACERMI : 21/018/1558

Numéros des DTA :
 20/19-439_V_8E1 pour l’application des murs
20/19-440_V2_E1 pour l’application en combles

Rose Colombel

Journaliste pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis près de sept ans. Convaincue que valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière, je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité avec enthousiasme et humilité.

Plus d’articles sur ce thème