Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

[Interview] L’anticipation, la clé du recrutement pour Aquaclim Service

Par Rose Colombel

Publié le 06/01/2022 à 09h17, mis à jour le 22/07/2022 à 13h44

Les entreprises de la rénovation énergétique recrutent. Et le font savoir ! C’est le cas de la société coopérative Aquaclim Service, spécialiste des modes de chauffage économique sur le bassin Lorientais (chaudière, pompe à chaleur, climatisation, chauffe-eau thermodynamique, photovoltaïque…). Mais trouver les bons profils n’est pas toujours facile. Découvrez l’interview de Ronan Olivin, gérant de Aquaclim Service et Partenaire Effy : il partage son expérience du recrutement avec nous.

Ronan Olivin Aquaclim Service

 

Quels sont vos besoins en main-d’œuvre ? Et comment les évaluez-vous ?

 

Ronan Olivin : Depuis quelques années, Aquaclim Service est en plein développement. Tous les mois, nous recrutons des chauffagistes pour assurer la production. En ce moment, nous cherchons aussi des technico-commerciaux et, plus épisodiquement, des assistants.

 

En tant que gérant de la structure, je suis chargé du recrutement. Pour définir les embauches, je m’entretiens avec les responsables d’exploitation et directeurs d’agence qui me font part de leurs besoins. Avec mon regard de directeur des ventes, j’anticipe ainsi la recherche de main d’œuvre à venir.

 

Quels types de contrats sont privilégiés au sein de Aquaclim Service ?

 

R.O. : Avant de proposer un contrat à durée indéterminée (CDI), nous partons généralement sur 2 contrats à durée déterminée (CDD) de 3 mois. Ce qui nous laisse le temps de voir si le recrutement correspond à nos attentes. Mais on ne débauche pas un salarié en poste avec un CDD ! Quand on repère un excellent profil, on lui propose d’emblée un CDI, avec une période d’essai de 2 mois.

 

Pour satisfaire des besoins urgents en « ressources humaines », nous faisons également appel à l’intérim. Si la collaboration se passe bien, il nous arrive de signer un CDD avec un ancien intérimaire.

 

Nous recevons également beaucoup de stagiaires : certains profils repérés lors d’un stage sont parfois embauchés suite à une candidature spontanée en fin de formation. Certaines agences prennent également des apprentis, même si nous préférons en général des jeunes qui ont déjà une petite expérience professionnelle. À 16 ans, la stabilité n’est pas toujours au rendez-vous. Ceci étant dit, nous comptons parmi nos collaborateurs les plus fidèles des salariés ayant débuté en apprentissage il y a plus de 10 ans !

 

Comment se déroule votre processus de recrutement ?

 

R.O. : Outre Pôle emploi et les sites de recrutement, nous passons généralement par les agences d’intérim qui disposent d’un grand nombre de profils disponibles. Nous recevons les candidats qui nous présentent leur CV et leur expérience avant que nous leur fassions visiter l’entreprise. C’est l’occasion de vérifier que le projet correspond à leurs attentes en matière de conditions de travail et de fonctionnement. On met aussi les pieds dans le plat dès le premier contact en abordant la question de la rémunération !

 

Généralement, la personne recrutée ainsi nous convient. Mais il faut savoir passer du temps avec les candidats, les tester sur le terrain, et accepter les erreurs quand on se trompe. Car ça arrive, de temps en temps !

 

Avez-vous des difficultés à recruter ?

 

R.O. : Nous ne constatons pas de pénurie de main-d’œuvre dans la plomberie, le chauffage et les énergies renouvelables. De nombreux jeunes sont en formation dans le secteur, des adultes aussi – nous rencontrons de plus en plus de profils intéressants. De plus, la Bretagne est une région attractive. De nombreux Français font aujourd’hui le choix de se rapprocher de la côte, ce qui joue en notre faveur.

 

Malgré tout, constituer et gérer des équipes est un investissement permanent. C’est le coût financier le plus important de l’entreprise. À une période, j’étais moins focalisé sur le recrutement, et je l’ai regretté !

 

Comment assurez-vous l’attractivité de votre entreprise ?

 

D’abord, il faut bien réfléchir aux offres d’emploi que l’on diffuse. Il n’est plus possible aujourd’hui de proposer les mêmes conditions de travail qu’il y a 20 ans ! Nous devons faire en sorte que tout le monde soit heureux et épanoui au travail. Pour cela, bien organiser les chantiers et considérer les salariés est primordial.

 

Il faut également bien les payer ! Le marché du travail a évolué, avec des salaires plus confortables que ce qu’ils étaient hier. Il faut en tenir compte. C’est à nous de le répercuter ensuite sur les prix !

 

Finalement, nous cultivons le bonheur et le bien-être dans l’entreprise. Le statut coopératif de Aquaclim Service est pour nous un atout : nous partageons les bénéfices avec le personnel et versons des participations et dividendes. Un plombier/chauffagiste est ainsi considéré comme un membre à part entière de l’entreprise.

 

La transmission des connaissances compte également : il faut proposer des formations sur place et chez les fournisseurs pour avoir des techniciens au fait des techniques courantes, de la mise en service du matériel… Et ça marche ! À force, ça se sait, et grâce à cette attractivité, nous recevons aujourd’hui de plus en plus de candidatures spontanées.

 

Un dernier conseil à donner à vos confrères sur le recrutement ?

 

Si je devais insister sur un point, je dirais qu’il faut anticiper : recruter dans l’urgence coûte très cher ! Il ne faut pas avoir peur de mettre de l’argent et de l’énergie dans le recrutement très en amont, pour éviter de se retrouver à court de personnel. C’est primordial pour la bonne santé de l’entreprise.

Rose Colombel

Journaliste pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis près de sept ans. Convaincue que valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière, je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité avec enthousiasme et humilité.

Plus d’articles sur ce thème