Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 8h à 19h
(prix d'un appel local)

Les usines Atlantic de Merville et de Billy-Berclau évoluent pour s’adapter au marché

Par Rose Colombel

Publié le 28/11/2022 à 13h40, mis à jour le 29/11/2022 à 11h09

Mercredi 22 novembre, nous nous sommes rendus dans le nord de la France, pour une nouvelle visite terrain aux côtés des équipes d’Atlantic. A cette occasion, nous avons découvert les sites de Merville (59) et de Billy-Berclau (62). Chaque année plus de 200 000 produits finis (pompes à chaleur et chaudières) et environ 300 000 accessoires y sont fabriqués. Pour répondre à un marché en évolution, le fabricant a prévu des investissements à hauteur de 120 millions d’euros sur la période 2022-2025. On vous dit tout !

EquipesAtlanticNovembre2022

Les équipes d'Atlantic nous reçoivent dans les usines de Merville et de Billy-Berclau ©RC

En juin dernier, Atlantic invitait la presse professionnelle à se rendre dans son usine de la Roche-sur-Yon pour découvrir les nouvelles lignes de fabrication de chauffe-eaux et de cartes électroniques. Quelques mois plus tard, c’est dans le nord de la France que le fabricant nous a donné rendez-vous pour visiter, non pas une, mais deux usines, à savoir celles de Merville et de Billy-Berclau.

 

 

Les sites sont en pleine transformation pour s’adapter à la demande croissante de solutions thermodynamiques. Christophe Thebault, directeur marketing PAC et chaudières, révèle que le marché de la pompe à chaleur « va finir cette année en France à + 35% par rapport à 2021. On est sur une projection de 330 000 à 350 000 PAC vendues en 2022. C’est une dynamique positive, à la fois tirée par le marché du neuf et beaucoup par la rénovation énergétique ».

 

A contrario, le marché des chaudières est en recul :

 

  • - 25% pour les solutions gaz (mural et sol). « Si l’on fait 460 000 chaudières gaz, tous produits confondus, ce sera déjà pas mal ».
  • - 28% voire -30% pour le marché du fioul. « On devrait finir sur 15 000 à 17 000 chaudières vendues » en 2022.

Décarboner et réduire les factures d’énergie : même combat

Pour accélérer sur la pompe à chaleur, Atlantic a prévu 120 millions d’euros d’investissements, notamment en moyens industriels, sur les trois prochaines années.

 

Usine de Billy-Berclau Atlantic

L'usine de Billy-Berclau construite en 2016 ©RC

 

« Plusieurs éléments extérieurs nous aident à avoir une vision. Certes, on vit une crise énergétique mais globalement, on voit que les politiques en place, entre autres sur la décarbonation, restent stables voire se renforcent », souligne Christophe Thebault. A titre d'exemple, l'augmentation du budget de MaPrimeRénov’, la hausse de 25% de l’obligation de la 5e période des Certificats d’économies d’énergie (CEE) ou encore « le boost » sur le coup de pouce pour le remplacement de chaudières fioul « qui a été une surprise pour nous ».

 

« Pour un fabricant de solutions de confort thermique, réduire la facture énergétique du client à la fin du mois et décarboner, c’est pousser des produits qui sont performants en termes d’efficacité énergétique. C’est le même combat », poursuit-il.

 

A découvrir : Atlantic nous présente sa nouvelle PAC monobloc IXTRA M

 

Si le gaz reste « la grande interrogation », le directeur marketing estime que la tendance est « assez conjoncturelle ». Les communications faites autour du gaz russe ont « mis un gros coup de frein au marché ».

 

Il insiste cependant : « Quasiment 50% du parc de chaudières gaz est en basse température. Passer à la condensation, c’est faire entre 20% et 30% d’économies d’énergie ». C'est aussi réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre. « Il reste encore de la place pour le gaz et avec l’augmentation des prix, les gaz renouvelables commencent à avoir de la viabilité économique ».

 

Doubler la production d’ici 2025

Les 120 millions d’euros d’investissements doivent permettre à Atlantic de doubler sa production d’ici 2025. 

 

A Billy-Berclau, un nouveau centre technique de 8 000 m2, baptisé HPTC, devrait voir le jour en 2024. Dédié aux pompes à chaleur, il sera équipé de moyens d’essais « qui prennent en compte les nouveaux réfrigérants et leurs caractéristiques physiques, indique Jean-Francis Clément, directeur technique – Pôle PAC. Nous aurons jusqu’à une dizaine de salles d’essais climatiques ».

 

L’usine de Merville sera dotée de nouvelles machines pour accroitre la production de tôlerie en interne. « A Billy-Berclau, nous avons déjà augmenté notre surface de bâtiment de 1 600 m2 en 2021, afin d’intégrer les premiers moyens de presse. Il faut savoir que c’est beaucoup plus efficace qu’une solution traditionnelle de découpe au laser ou au poinçonnage classique », dévoile Olivier Roger, responsable du site de production de Billy-Berclau.

 

Robot de presse Atlantic

De nouvelles presses six fois plus rapide que les machines traditionnelles ©RC

 

Des nouvelles lignes de production vont par ailleurs être ajoutées dans les deux usines pour le développement de PAC Air-Eau.

 

Atlantic va également renforcer ses effectifs. « Vu nos rythmes de croissance, nous avons un plan très ambitieux de recrutement. Sur deux ans, cela représente 300 personnes sur les sites de Merville et de Billy-Berclau », précise Marc Ruzé, Directeur industriel pour les PAC et chaudières du groupe Atlantic. 

 

Les usines de Merville et de Billy-Berclau fabriquent chaque année 200 000 produits finis (130 000 PAC et 70 000 chaudières) et plus de 300 000 accessoires. 

Rose Colombel

Journaliste - Responsable de contenus B2B pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis sept ans. Valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière. C'est avec enthousiasme et humilité que je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité.

Plus d’articles sur ce thème