apports gratuits en énergie

Quel avenir pour l’électricité en France en 2050 ? ⚡

Par Romane Saget

Le 25 octobre, le RTE a publié son rapport tant attendu. Quel est l’avenir du système électrique français ? Entre nucléaire et énergies renouvelables, voici les enseignements qu’il faut retenir des 6 scénarios de mix électrique envisageables pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.


 

Une étude de grande ampleur

Le gestionnaire national du Réseau de transport d’électricité (RTE) a publié un rapport conséquent ce 25 octobre 2021. Depuis 2019, des dizaines d’acteurs et institutions ont planché sur la question suivante : à quoi ressemblera le mix électrique du pays en 2050 ?


40 réunions organisées, des experts d’une centaine d’organismes consultés, un conseil scientifique, une consultation publique et deux années de travail… C’est la première fois en Europe qu’une étude de cette ampleur voit le jour. “Futurs énergétiques 2050” donne naissance à 6 scénarios possibles et envisageables d’ici 30 ans.

 


Une augmentation de la consommation d’électricité

Toutes les variantes et scénarios concluent à une hausse de la consommation électrique. La trajectoire de référence retient une consommation d’électricité de 645 TWh, soit une hausse de l’ordre de +35 % par rapport à aujourd’hui. Atteindre ce niveau de consommation implique un renforcement de l’efficacité énergétique d’ici 2050 avec notamment le doublement du rythme de rénovation énergétique des bâtiments.
 

 


Une part importante pour le solaire dans beaucoup de scénarios 

“Atteindre la neutralité carbone implique une transformation de l’économie et des modes de vie, et une restructuration du système permettant à l’électricité de remplacer les énergies fossiles comme principale énergie du pays.” introduit le rapport.


Parmi les pistes possibles, il existe deux grandes solutions : passer au 100 % renouvelable (EnR) ou mélanger le nucléaire et les énergies renouvelables à parts égales. Un point commun s’esquisse parmi les scénarios 100 % EnR, une grande place est consacrée au solaire qui représente jusqu’à 36 % du mix électrique. L’un d’entre eux  prévoit le développement conséquent de l’autoconsommation solaire résidentielle : une maison sur deux équipée de panneaux solaires.


Les auteurs du rapport rappellent qu’« atteindre la neutralité carbone est impossible sans un développement significatif des énergies renouvelables ». Même les scénarios qui envisagent un développement du nucléaire, consacrent une part importante aux énergies renouvelables, entre 50 et 74 %.

 


Les grands enseignements du rapport RTE

La neutralité carbone en 2050 n’est pas un but inatteignable pour la France. Une chose est certaine, les énergies renouvelables auront un rôle significatif à jouer. Elles doivent se développer rapidement dans les décennies à venir pour que le pays puisse respecter ses engagements climatiques. Le rapport précise que toutes ces prospections sont réalisables et peuvent être réalisées avec un coût maîtrisable.  


Aux côtés de la transformation du mix énergétique, c’est toutes les habitudes de consommation qui doivent être revues. Atteindre la neutralité carbone nécessitera une baisse de la consommation énergétique, une “sobriété”. Les logements se situent au cœur du sujet et doivent continuer à être rénovés. La maîtrise de la consommation est indispensable. Le rapport RTE annonce que "quel que soit le scénario choisi, il y a urgence à se mobiliser.
 

Romane Saget

Journaliste web pour Effy

Journaliste pour les sites du Groupe Effy, je suis devenue experte en rénovation énergétique. Les travaux de chauffage et d'isolation n'ont plus de secret pour moi, et n'en auront bientôt plus pour vous !

Plus d’articles sur ce thème