Poêle à gaz

Tout savoir sur le poêle à gaz

Que ce soit en chauffage principal ou chauffage d’appoint, le poêle à gaz représente une solution facile en l’absence d’un système de chauffage central. Entre confort thermique et combustible polluant, il n’est pourtant pas l’équipement le plus intéressant. On vous dit tout ce type de poêle et des autres alternatives qui s’offrent à vous.

Je rénove ma maison

Demande gratuite et sans engagement

Comment fonctionne un poêle à gaz ?

Le poêle à gaz produit de la chaleur grâce à la combustion de gaz, tout simplement ! C’est un équipement qui produit et émet la chaleur en même temps, de deux manières : 

  • Par convection autour du foyer
  • Par rayonnement via la partie frontale

 

Contrairement au poêle à bois classique, c’est du gaz qui crée des flammes à l’aide de brûleurs. Visuellement, le feu ressemble beaucoup à des bûches ou des pellets en combustion. Si les flammes s'éteignent accidentellement, le poêle est équipé d’un système de sécurité qui coupe le gaz : un thermocouple. Les produits de la combustion du gaz s’évacuent naturellement par le conduit de fumée. 

👉 Un approvisionnement en gaz simple

Le gaz arrive dans le poêle grâce à des bouteilles. Il suffit de les remplacer lorsqu’elles sont vides.

Quel type de poêle à gaz choisir ?

Comme de nombreux équipements de chauffage, le poêle à gaz se décline de plusieurs manières. Chaque modèle possède ses propres caractéristiques : 


Le poêle à gaz à infrarouge : la combustion se produit sur une brique réfractaires. La chaleur produite est homogène et n’assèche pas l’air ambiant. C’est le modèle le plus efficace.


Le poêle à gaz à infrableu : moins onéreux, il est surtout utilisé pour les poêles mobiles. À l’intérieur, le brûleur est troué pour laisser passer une flamme bleue. 


Le poêle à gaz à catalyse : plus moderne que les autres, il ne génère aucune flamme. La chaleur émane par rayonnement d'un panneau en fibres de céramique à basse température. Il est plutôt conseillé pour les petites pièces à cause de sa puissance moindre.

👉 Chauffage principal ou d’appoint ? 

En dehors du modèle que vous choisissez, il faut aussi se décider sur l’usage que vous souhaitez faire de votre poêle à gaz. Pour un chauffage principal, destiné à chauffer tous votre logement, vous pouvez vous diriger sans problème vers un appareil fixe. En revanche, si vous avez simplement besoin d’une solution d’appoint, le poêle à gaz mobile est plus adapté. Sachez tout de même que ce genre d’appareil ne dispose pas de conduit d’évacuation. Prenez donc garde aux émissions de monoxyde de carbone liées à la mauvaise combustion du gaz. 

Combien ça coûte ?

Le poêle à gaz est un équipement de chauffage bon marché comparé au poêle utilisant d’autres combustibles. Son prix varie en fonction du modèle que vous choisissez :


👉 Poêle infrableu : entre 60 et 190 €
👉 Poêle infrarouge : entre 70 et 250 €
👉 Poêle à catalyse : entre 120 et 190 €


Aucune aides à la rénovation énergétique ne peut réduire ce coût. Le poêle à gaz est un équipement polluant qui utilise une ressource fossile. Il n’est donc pas valorisé.

Quel entretien ? 

Chaque année, votre poêle doit être vérifié par un professionnel. Cet entretien annuel contrôle l’allumage, le robinet, le tuyau flexible, l’étanchéité, le câble d'alimentation… Il faut également procéder au nettoyage des brûleurs et des toutes les parties de l’équipement.
 

Les avantages et inconvénients du poêle à gaz

Contrairement aux poêles à bois, celui-ci présente une certaine facilité d’approvisionnement. Le gaz prend peu de place à stocker et la bouteille se change en un clin d’œil. En plus d’offrir un bon confort thermique, le poêle à gaz est également reconnu pour son design et son esthétisme. Il existe dans de nombreuses formes et donne parfois un véritable effet de feu de cheminée. 


Ces avantages sont à contrebalancer avec les nombreux inconvénients du poêle à gaz :


❌ L’utilisation d’une énergie fossile : le gaz est loin d’être une énergie verte et renouvelable. Cela fait donc du poêle à gaz un équipement peu écologique qui rejette des oxydes de carbone à la combustion.


❌ Des risques de fuite : avec des risques d’intoxication et d’explosion, le gaz est une énergie qui doit être utilisée avec beaucoup de précautions. L’installation d’un détecteur de monoxyde de carbone est indispensable dans un logement chauffé au gaz.


❌ Un combustible cher : en plus d’être peu écologique, le gaz est onéreux. Comme le fioul, il est indexé sur le prix du pétrole et soumis à ses fluctuations.


❌ Aucune aide : en tant qu'équipement polluant, le poêle à gaz ne vous ouvre droit à aucune des différentes aides à la rénovation énergétique.

Quelle alternative au poêle à gaz ?

À la vue de tous les inconvénients qu’il présente, nous ne vous conseillons pas d’installer un poêle à gaz. En revanche, il existe de très bonnes alternatives à la fois économiques et écologiques. 


Misez sur le bois !

Le poêle à bois, qu’il fonctionne avec des bûches ou des granulés, emploie une énergie renouvelable. Le bois est le combustible le moins cher du marché et son utilisation participe à la bonne tenue des forêts françaises. Le poêle à bois vous offre les charmes d’un feu de cheminée, mais avec un rendement qui peut dépasser les 80 % pour les poêles de masse et les poêles à pellets.


Côté prix, vous trouvez de tout. Selon le modèle, la taille et les spécificités que vous choisissez, vous pouvez payer entre 800 et 15 000 € pour votre équipement. La bonne nouvelle ? Les poêles à bois sont éligibles à de nombreuses aides à la rénovation.


Contrairement au gaz, le bois est une énergie verte à valoriser. Selon votre situation, vous pouvez bénéficier de la Prime Effy, de MaPrimeRénov’, des aides de l’Anah ou encore de la TVA réduite et de l’éco-PTZ.

Je calcule ma Prime Effy

Demande gratuite et sans engagement

Plus d’articles sur ce thème