Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Service gratuit + prix appel

MaPrimeRénov : de bons résultats qui ne doivent pas masquer certaines faiblesses

Par Alexandre Fernandez

A l’occasion de ses vœux 2022, l’Anah a communiqué et publié le bilan 2021 de ses aides et notamment de celles à la rénovation énergétique qui y tiennent une place prépondérante. Comme attendu, les chiffres de MaPrimeRénov témoignent d’une dynamique importante, qui ne doit pas pour autant masquer les interrogations concernant le volume de rénovations globales.

Quel bilan 2021 et perspectives 2022 ?

De bons résultats dans la continuité de ceux du 1er semestre 2021

En 2021, il y a eu 764 732 dossiers MaPrimeRénov’ déposés, 644 073 primes accordées et 372 828 chantiers terminés et payés. Le budget total des primes dépasse légèrement les 2 milliards d’euros de budget quand ce dernier était prévu à hauteur de 2,4 milliards d’euros l’été dernier.

 

Répartition des travaux réalisés en 2021 grâce à MaPrimeRénov’

 

Camembert travaux MPR 3



Les ménages très modestes et modestes ont représenté quasiment 70% des dossiers déposés et les intermédiaires 30%[1]. Ces résultats s’inscrivent dans la continuité de ceux du premier semestre[2], avec un léger renforcement de la part des ménages très modestes et modestes ainsi que des systèmes de chauffage.

Au global, l’agence indique que l'ensemble des rénovations financées en 2021 (y compris MaPrimeRénov') ont généré 8,48 milliards d’euros de travaux et concouru à la création ou préservation de 89 040 emplois.

La Rénovation globale : une absence de dynamique

Selon les chiffres de l’Anah, près de 60 000 logements auraient bénéficié d’une rénovation globale à travers les dispositifs Habiter Mieux Sérénité & MaPrimeRénov’ Copropriétés.

Le premier dispositif qui s’adresse aux rénovations globales réalisées par les ménages modestes et très modestes a bénéficié à moins de logement qu’en 2021. En effet, Habiter Mieux Sérénité a bénéficié à 45 226 logements en 2021 contre 51 967 en 2020[3] soit une baisse de 13%. Par conséquent, la légère augmentation des rénovations globales, hors forfait MaPrimeRénov’ dédié, est due à la création de MaPrimeRénov Copropriétés.

Ensuite, l’agence n’a pas communiqué sur le nombre de forfaits « MaPrimeRénov’ Rénovation globale » mobilisés. Ce forfait est dédié à la rénovation globale des logements des ménages intermédiaires et aux hauts revenus. Il y a fort à parier que ce chiffre soit faible par rapport aux volumes globaux précédemment énoncés. Lors de la présentation fin novembre dernier de la conjoncture des matériaux , la Fédération Française du Bâtiment (FFB) a indiqué que les dossiers de travaux de 3 gestes et plus représentaient seulement 3% des dossiers MaPrimeRénov’ entre janvier 2020 et juin 2021.

Par conséquent, on est loin d’une « dynamique en faveur de la rénovation globale » comme l’indique l’agence, puisque les résultats ne sont pas au rendez-vous, avec une baisse inquiétante côté Habiter Mieux Sérénité.

Quelles perspectives pour 2022 ?

Sur le plan budgétaire, le budget 2022 de l’Anah (3,2 milliards d’euros) est à la hauteur de celui de 2021. On peut donc attendre une dynamique analogue en 2022, comme en témoigne l’objectif affiché par l’agence de 685 000 aides MaPrimeRénov’.

Cependant, comme démontré précédemment, des crédits au rendez-vous n’assurent pas pour autant un effet d’entrainement sur le volume de rénovations globales. Deux réformes ont été réalisées et annoncées pour y parvenir : le couplage de MaPrimeRénov’ Sérénité avec les aides issues du dispositif des certificats d’économies d’énergie et la mise en place de Mon Accompagnateur Rénov’.

La première réforme qui concerne l’ancien dispositif Habiter Mieux Sérénité (qui a seulement changé de nom) prévoit le cumul de l’aide avec les CEE à partir du 1er juillet prochain. L’objectif est d’augmenter les aides pour baisser le reste-à-charge des ménages les plus modestes lors de la rénovation globale de leur logement. Cependant, la réussite de ce couplage pose des questions d’étapes dans le parcours de rénovation. En effet, ce couplage peut engendrer de la complexité s’il n’est pas facilement accessible pour les particuliers. Par ailleurs, le montant des primes CEE en juillet prochain sera également important dans un contexte où aujourd’hui la valeur du CEE, notamment précarité, est en baisse.
 

Autre évolution déjà en vigueur depuis le 1er janvier dernier, la mise en place de l’Accompagnateur Rénov’. Ce dispositif d’accompagnement de bout en bout des ménages n’est pour le moment ouvert qu’aux guichets FranceRénov’ et aux opérateurs agrées par l’Anah. Ce nouveau service est essentiel pour accompagner les ménages les plus précaires dans leurs projets de rénovation globale. Cependant, pour faire décoller la rénovation énergétique globale il faudra massifier les travaux et donc disposer des acteurs compétents en nombre suffisant pour porter ce service. Les conditions de l’ouverture de Mon Accompagnateur Rénov’ aux entreprises privées est donc un prérequis. Les conditions doivent être réunies pour que les professionnels compétents du privé souhaitent s’y engager.

Alexandre Fernandez

Responsable des Affaires Publiques

Plus d’articles sur ce thème