Performance énergétique d'un logement

Comment avoir une climatisation sans polluer l’environnement ?

Par Amandine Martinet

C’est l’une des questions auxquelles l’ADEME répond dans une étude dédiée à la climatisation dans les bâtiments résidentiels et tertiaires, réalisée au cours de l’année 2020. Alors, comment les Français sont-ils équipés ? Comment limiter l’impact que cela peut avoir sur la planète ? Les réponses ici !

Cela ne vous a sans doute pas échappé, il est de notoriété commune que climatisation rime avec pollution. En effet, insuffler de l’air frais dans un logement implique fatalement de rejeter de l’air chaud dehors, et participer ainsi au réchauffement climatique.

 

Cette problématique prend de plus en plus d’importance à mesure que les Français s’équipent en climatiseurs chez eux : selon l’étude de l’ADEME « La climatisation de confort dans les bâtiments résidentiels et tertiaires », en 2020, 25% des ménages possèdent une clim’ contre 14% en 2016. Rien d’étonnant quand on constate la multiplication des épisodes de fortes chaleurs estivales ces dernières années : c’est un cercle vicieux, en somme !

 

Mais plutôt que de stigmatiser l’usage de la climatisation, l’ADEME choisit dans son rapport de donner des conseils pour limiter l’impact environnemental de ce type d’équipement. La clé ? Bien choisir son appareil et en faire une utilisation raisonnée. Il est donc recommandé de :

 

  • Préférer les climatiseurs split de type PAC réversible, qui consomment 2,5 fois moins d’électricité que les climatiseurs mobiles
  • Ne pas user et abuser de la clim’ chez soi en trouvant d’autres alternatives pour rafraîchir son logement : aérer aux heures les plus fraîches, fermer les volets lorsque le soleil donne directement sur les fenêtres…
  • Ne pas déclencher son climatiseur dès qu’il fait un peu chaud. Il est préférable d’attendre de très fortes chaleurs pour y avoir recours. Selon l’ADEME, “mettre en route la climatisation à partir de 30°C en extérieur au lieu de 27°C” permet de diviser sa consommation énergétique par trois
  • Quand vous l’utilisez, ne programmez pas votre climatisation sur une température trop fraîche : il est recommandé de garder un écart de température de 8°C maximum entre l’intérieur et l’extérieur. L’étude de l’ADEME précise par exemple que “passer d’une température de consigne de 22°C à 27°C permet de diviser par deux la consommation d’énergie des appareils
  • Ne pas négliger l’entretien de son équipement par un professionnel : il est obligatoire au minimum tous les 5 ans pour un matériel d'une puissance frigorifique supérieure à 12 kW, mais vous pouvez également souscrire un contrat d’entretien annuel avec un artisan spécialisé. Par ailleurs, n’hésitez pas à vous-même nettoyer régulièrement votre climatisation avec des gestes simples.

 

Vous l’aurez compris, la ligne directrice de l’étude de l’ADEME n’est pas de vouloir supprimer la climatisation des logements en France : les besoins en confort augmentent, les températures aussi, ce type d’équipement va donc de plus en plus faire partie des matériels essentiels dans les habitations du territoire. Il convient cependant de reconnaître les dangers environnementaux que cela représente, et de responsabiliser les particuliers en conséquence.

Amandine Martinet

Journaliste web pour Effy

Journaliste diplômée de l’Institut Français de Presse, je suis passionnée par les questions liées à la transition énergétique et à l’habitat. Ma mission ? Écrire pour vous aider à être bien chez vous au quotidien !

Plus d’articles sur ce thème