Covid-19 : consultez le guide de préconisations pour assurer la sécurité sanitaire sur les chantiers

 

 

Face au Covid-19, la situation est pleine de rebondissements pour le secteur du BTP. Le 21 mars, un accord entre le gouvernement et les fédérations professionnelles du BTP annonçait la reprise des chantiers sous certaines conditions. En complément, L'Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics publie un guide de préconisations de sécurité sanitaire pour encadrer la reprise des chantiers. Voici les points qu’il aborde.

Un document officiel validé par l’Etat

Revenons un peu en arrière ! Depuis l’annonce d’Emmanuel Macron le 16 mars dernier, les chantiers sont au ralenti. Le 21 mars dernier, le gouvernement et les fédérations professionnelles du BTP sont pourtant parvenus à un accord permettant la reprise de certains chantiers. Une décision encadrée pour permettre aux travailleurs de reprendre leur activité en toute sécurité en continuant d’endiguer la propagation du virus.

 

Ce 2 avril, la publication du guide de préconisations donne enfin un cadre bien défini à la reprise d’activité !

 

À savoir :

L’OPPBTP insiste sur le fait qu’une reprise d’activité ne pourra se faire qu’en respectant les consignes du guide. Les entreprises dans l’incapacité de suivre les préconisations sont donc contraintes de stopper leur activité jusqu’à la fin du confinement.

Une reprise en accord avec les clients

Il est évident qu’un chantier ne pourra démarrer qu’en cas d’accord préalable avec le client. L’entreprise et le client doivent renseigner et signer une fiche d'évaluation afin de s’accorder sur la possibilité d’engager ou non les travaux. Les clients doivent aussi pouvoir s’éloigner physiquement de la zone d’intervention tout au long des travaux.

 

Les personnes considérées “à risque” face au virus n’ont pas l’autorisation de travailler. De leur côté, les apprentis, stagiaires et alternants mineurs, doivent éviter de se rendre sur les chantiers. A l’inverse, un chantier chez un client malade ne pourra se faire que s’il relève d’une intervention d’urgence.

La coactivité à proscrire

Le guide préconise d’éviter le plus possible la coactivité sur les chantiers. Le but étant de réduire au maximum les contacts entre les professionnels sur le terrain. Une réorganisation des chantiers est donc à prévoir !

 

Les accès aux chantiers doivent être contrôlés. Toute personne se présentant avec l’un des symptômes du Covid-19 n’est pas autorisé à accéder au lieu de travail. Par ailleurs, un “référent Covid-19” doit être désigné par entreprise et par chantier. Il aura pour rôle de s’assurer de la coordination des consignes et de leur respect.

Les gestes barrières au coeur des préconisations

Plus que jamais, les gestes barrière doivent bien entendu continuer à être respecter. L’exécution des tâches sur le chantier est donc à réorganiser en pensant à la distance d’un mètre entre deux individus. Il faut également garder à l’esprit tous les risques habituels liés à un chantier. La réduction d’effectifs peut les accroître et le respect des règles de sécurité est donc de mise.

 

Le lavage de mains doit être le plus fréquent possible et tous les ouvriers doivent avoir accès à un point d’eau avec savon en extérieur ou bien un distributeur de gel hydroalcoolique. Les outils doivent, autant que possible, faire l’objet d’un usage personnel. Si ce n’est pas le cas, ils doivent être nettoyés entre deux utilisations. Il en va de même pour les engins !

 

Le port du masque n’est obligatoire que dans certains cas :

  • travail à moins d’un mètre d’une autre personne
  • travail chez un clients “à risque”

 

 

Retrouvez toutes les consignes de l’OPPBTP en détail dans le guide des préconisations.