cee

Rénovation énergétique : Comment maximiser le potentiel d’économie d’énergie ?

Selon Sia Partners, dans une récente étude, le potentiel d’économie d’énergie d’ici 2030 des secteurs résidentiel, tertiaire, transport et industrie pourrait atteindre 15% de la consommation d’énergie finale française via un renforcement des dispositifs réglementaires, et jusqu’à 25% via la mise en œuvre de mesures de rupture. Effy fait le point sur cette étude.

Une mobilisation de leviers financiers et normatifs

Selon l’étude, le principal enjeu pour accélérer la rénovation énergétique du parc résidentiel est de flécher les dispositifs de financement (MaPrimeRénov’ par exemple) vers les opérations les plus performantes et les rénovations globales. Mais au-delà d’un simple fléchage, l’étude préconise de favoriser les « bundle » d’aide, permettant une articulation totalement opérationnelle des aides entres elles.

 

Au-delà du simple volet financier, l’instauration d’une obligation progressive de rénovation en commençant par les logements les moins performants semble être un impératif pour maximiser les économies d’énergie sur le territoire national. Cette proposition de l’étude fait écho à celle de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) qui prévoit la mise en place d’une obligation pour l’ensemble des passoires thermiques à l’horizon 2030. En tout état de cause, l’addition de leviers financiers et normatifs permettrait de générer un potentiel d’économie d’énergie de +34% dans le secteur résidentiel par rapport au scénario tendanciel.

L’impératif d’un parcours de travaux performants

Selon l’étude, au-delà de la rénovation globale des logements, il faut maximiser un parcours de travaux performants avec une approche globale. En d’autres termes, oui à la rénovation globale mais pas forcément en une seule fois. La base de ce programme de travaux devrait être un audit énergétique préalable, suivi d’un contrôle technique post-travaux, et une capitalisation sur des outils tels que le carnet numérique du logement.

 

Bonne nouvelle puisque c’est bien le sens qu’a pris le dispositif des CEE avec le « Coup de Pouce Rénovation Performante des Maisons individuelles ». Olivier David, Chef du Service Climat du Ministère de la Transition écologique a d’ailleurs annoncé lors d’un débat Enerpresse le 6 novembre dernier, que ce « Coup de Pouce » serait prolongé et renforcé dans le cadre de la 5ème période du dispositif CEE. Même chose du côté de MaPrimeRénov’, le dispositif semble avoir pris le tournant de la rénovation globale à travers la mise en place de bonus pour l’atteinte d’une certaine performance énergétique et des forfaits d’aides spécifiques pour rénover globalement son logement.

 

Mais le débat de la rénovation globale n’est pas terminé, au contraire il ne fait que s’ouvrir. Le Projet de loi « Convention Citoyenne pour le Climat » devrait être prolixe sur le sujet dans les prochains mois.

Plus d’articles sur ce thème