chat sur radiateur

Le top 5 des systèmes de chauffage les plus insolites

Vous connaissez la chaudière à gaz, le poêle à bois… Mais savez-vous que l’on peut produire de la chaleur avec un ordinateur ou encore avec l’eau des égouts ? Voici cinq moyens de se réchauffer auxquels vous n’avez certainement pas pensé !

Parmi les systèmes de chauffage existants, on peut citer des appareils traditionnels fonctionnant aux énergies fossiles tels que les chaudières à charbon ou au fioul. Progressivement, ces appareils polluants sont en voie de raréfaction et remplacés par des solutions d’avenir plus écologiques et économes, fonctionnant avec des énergies renouvelables. On pense à la pompe à chaleur ou au système solaire combiné, par exemple.

 

Mais il existe d’autres moyens, bien moins connus et sans conteste plus originaux pour chauffer un bâtiment ! Voici notre top 5 des systèmes de chauffage les plus inattendus.

1. Des logements chauffés gratuitement grâce à… des ordinateurs

Voici une technologie innovante et respectueuse de l’environnement qui a bénéficié à des logements sociaux parisiens en début d’année 2021 : récupérer la chaleur produite par des ordinateurs numériques spécifiques (les QH-1) pour chauffer des bâtiments. En fait, ces machines comportent des microprocesseurs réalisant des calculs à distance pour des entreprises du secteur bancaire ou encore de la recherche. En faisant ces opérations, les ordinateurs augmentent leur fréquence et montent en température, ce qui permet de produire de la chaleur dans une pièce.

 

Dans le 11ème arrondissement, 304 de ces ordinateurs-radiateurs ont été installés pour chauffer toute une résidence comportant 79 habitations. Un succès leadé par une entreprise française, dans le but de réduire de moitié la consommation énergétique du bâtiment ainsi que limiter son empreinte carbone : en effet, ce mode de chauffage inattendu s’avère être particulièrement écologique, car la quasi-totalité de la chaleur produite est récupérée.

 

Notons tout de même que pour atteindre cet objectif, l’installation des ordinateurs a été couplée à d’autres opérations : la végétalisation de la toiture-terrasse de la résidence et l’isolation thermique des murs par l’extérieur, entre autres.

2. Le métro, votre nouveau radiateur

Qui a dit que la ligne 11 du métro servait uniquement à se déplacer dans Paris ? Certainement pas la RATP, en collaboration avec le bailleur Paris Habitat, qui ont souhaité rentabiliser ce mode de transport pour produire de la chaleur dans des logements sociaux du 4ème arrondissement de la capitale. Etonnant, non ?

 


En fait, lorsque le métro circule, il produit de la chaleur : les moteurs qui chauffent, le frottement des roues sur les rails, les lumières constamment allumées, le va et vient incessant de nombreux passagers… Tout cela représente une source de chauffage en continu, qui était jusqu’alors perdue.

 

L’idée a donc été de récupérer cette chaleur grâce à un système de pompe à chaleur, puisant les calories présente dans les couloirs du métro pour la redistribuer dans des habitations, et rejeter l’air froid ensuite sous le sol. Et depuis octobre 2018, cela fonctionne ! Ce sont même 20 logements sociaux parisiens qui bénéficient d’une chaleur gratuite grâce à la ligne 11. D’autres projets du même type sont en cours dans la capitale, notamment au niveau de la ligne 14 à Porte de Clichy, ou encore sur la 13, à Mairie de Saint Ouen.

3. Chauffez-vous avec l’eau des égouts !

Il faut dire que ça non plus, on n’y aurait pas forcément pensé : utiliser l’eau des égouts pour produire de la chaleur chez nous. Pourtant, à bien y réfléchir, c’est assez logique ! Nous rejetons toute la journée de l’eau chaude sanitaire (lave-vaisselle, douche et bain, lave-linge…) qui part directement dans le réseau des eaux usées. Une réserve d’eau tiède voire chaude, qui oscille généralement entre 15 et 27°C. Alors, plutôt qu’elle ne soit perdue, autant la réutiliser comme source d’énergie !

 

La technique ? Installer des échangeurs thermiques le long d’une station d’égout, reliés grâce à des pompes à chaleur à un circuit d’eau qui s’achemine vers les logements. Cette solution, appelée la riothermie, a déjà été adoptée par plusieurs villes européennes.

 

A Amstetten, en Autriche, plus de 4 000 m² de bâtiments sont réchauffés grâce à l’eau des égouts. Et à Uccle, une commune en banlieue de Bruxelles, un centre administratif de 15 000 m² est chauffé grâce à cette technique : cela permettrait, selon l’un des instigateurs du projet, de faire économiser 30 000 € sur la facture énergétique de la commune, et de réduire de 40 à 60 tonnes les émissions annuelles de CO2.

 

Le plus ? Les eaux usées, lorsqu’elles sont froides, peuvent aussi servir à rafraîchir des logements !

4. Les déchets permettent aussi de se réchauffer

Il faut que vous le sachiez : une peau de banane ou une bouse de vache ont des vertus insoupçonnées. En effet, la dégradation des déchets alimentaires et/ou animaliers sont des sources de méthane, qui permet de produire du biogaz, énergie verte servant notamment de produire de la chaleur (au même titre que le gaz naturel, par exemple).

 

 

Pour donner un exemple précis, un producteur de carottes dans les Landes a lancé un projet de valorisation des déchets via une unité de biométhanisation, qui a permis de chauffer son village entier !

5. Et si le meilleur chauffage, c’était vous ?

Nous l’avons déjà évoqué avec l’histoire des couloirs du métro : l’un des éléments produisant de la chaleur, ensuite utilisée pour les bâtiments, n’est autre que le passage incessant des usagers : l'effervescence humaine, les respirations, les mouvements… Tout cela produit des calories de chaleur qu’il peut être utile de récupérer.

 

Ainsi, d’autres projets similaires voient progressivement le jour : une gare à Stockholm réchauffée grâce au va et vient des voyageurs, un centre commercial du Minnesota grâce aux allers et venues des nombreux clients, ou encore un hôpital à Francfort avec la chaleur de l’activité du personnel et des patients. Encore plus original, le club Watt à Rotterdam (aujourd’hui fermé) a été la première boîte de nuit éco-responsable, en utilisant via sa piste les mouvements de danse des fêtards pour produire de l’électricité. 

 

A noter qu’à ce jour, la chaleur humaine n’est pas suffisante pour former à elle seule un système de chauffage complet pour un logement. Mais couplée à un autre équipement ou une autre technique de récupération du chaud, elle s’avère être une solution tout à fait intéressante.

Qu’ils soient efficaces à 100% ou non, pérennes ou éphémères, tous ces systèmes de chauffage originaux poursuivent le même objectif : trouver de nouvelles façon de produire de l’énergie, tournées vers l’avenir et plus respectueuses de l’environnement. Une nouvelle occasion de rappeler la nécessité d’opérer une transition énergétique à l’échelle mondiale.

 

 

Amandine Martinet

Plus d’articles sur ce thème