Remaniement : quel impact sur la rénovation énergétique ?

Par Amandine Martinet

Lundi 06 juillet a été annoncé le nouveau gouvernement de la présidence Macron, avec notamment une nouvelle ministre de la Transition écologique ainsi qu’une nouvelle ministre du Logement. Qui sont-elles et quels pourraient être les changements probables induits par leur nomination sur la rénovation énergétique en France ?

C’était une étape clé du quinquennat d'Emmanuel Macron, et l’épisode en a surpris plus d’un. Suite à la démission du Premier ministre Edouard Philippe, remplacé par Jean Castex, un nouveau gouvernement a été nommé à la fin de la journée du lundi 06 juillet 2020. Outre des arrivées inattendues qui ont beaucoup fait parler, de Roselyne Bachelot à la Culture à Eric Dupond-Moretti à la Justice, qu’en est-il des départements relatifs aux questions de la rénovation énergétique ?

L’écologie et le logement liés

Voici un message fort qui ne manquera certainement pas d’avoir son importance pour l’efficacité énergétique de l’habitat en France : avec le remaniement, le ministère de la Transition écologique élargit son périmètre en intégrant la thématique du logement. En effet, alors qu’il était auparavant indépendant, le ministère du logement devient délégué au portefeuille de l’écologie. Ce qui fait de la nouvelle ministre de la Transition écologique Barbara Pompili la numéro deux du nouveau gouvernement formé dans l’ordre d’annonce protocolaire du 06 juillet.

 

Cela signifie deux choses : indéniablement, l’ordre du jour est de gonfler l’importance de la question écologique pour la seconde partie de la présidence Macron. Rien de très étonnant à l’heure où les questions environnementales ont trouvé un écho inédit à travers les propositions fortes de la Convention Citoyenne pour le Climat, et où les dernières élections municipales ont vu d’excellents résultats du groupe Europe Ecologie les Verts.

 

Le second enseignement que l’on peut retirer concerne directement la rénovation énergétique. En mettant le logement sous tutelle de l’écologie, Jean Castex associe ces deux secteurs et entre dans la logique suivante : l’enjeu de transition écologique passe aujourd’hui nécessairement par la rénovation de l’habitat, et inversement, tout travaux de rénovation doit être réalisé dans une perspective écologique. Nouvelle preuve s’il en fallait une que l’efficacité énergétique des logements est un des objectifs principaux des années à venir à l’échelle nationale.

Qui incarne désormais la transition énergétique ?

Barbara Pompili à l'Écologie

 

Au ministère de la Transition écologique, Barbara Pompili succède à Elisabeth Borne, elle-même précédée de Nicolas Hulot et François de Rugy. Députée de la Somme, la nouvelle ministre a débuté sa carrière au sein du groupe EELV avant de rejoindre La République en Marche en 2017. Fait marquant de sa carrière, elle a été secrétaire d’Etat à la Biodiversité sous la présidence Hollande, de février 2016 à mai 2017.

 

Avant de prendre ses nouvelles fonctions lundi 6 juillet, c’est en qualité de présidente de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale que Barbara Pompili a assisté au discours d’Emmanuel Macron relatif à la Convention Citoyenne pour le Climat. Aujourd’hui, il lui incombe la tâche importante de mettre en application les travaux de la convention, qui comportent notamment une obligation pour les propriétaires de rénovation des passoires thermiques à partir de 2024 et totale à l’horizon 2040, ainsi qu’une formation accrue des professionnels du secteur et une évolution des aides financières pour rendre les travaux accessibles à tous.

 

Sur la rénovation énergétique, on peut souligner l’engagement durable de la nouvelle ministre de l’écologie sur la lutte contre les passoires thermiques, et son soutien au développement du solaire et de l’éolien en France. En 2018, elle affirme à la Fédération Française du Bâtiment être favorable à “l'accompagnement des artisans et des entreprises du bâtiment dans la nécessaire montée en compétences associée à la transition énergétique”, et qu’on “ne peut plus se permettre de construire des bâtiments énergivores et producteurs de déchets”. Elle souligne également la caractère imparfait du Diagnostic de Performance Énergétique, le manque d’incitation pour les propriétaires à rénover leurs biens, ainsi que la multiplicité et la complexité des systèmes d’aides à la rénovation énergétique actuels.

 

Lors de sa prise de parole suite à la passation de pouvoir avec Elisabeth Borne mardi 07 juillet, Barbara Pompili a affirmé sa volonté de poursuivre le projet de sa prédécesseure, au service de l’écologie, “[sa] vie et la source de [son] engagement”.

Emmanuelle Wargon au Logement

 

Voici donc la ministre déléguée en charge des questions liées au logement. Emmanuelle Wargon succède à Julien Denormandie dans le premier gouvernement composé par Jean Castex. Ex-conseillère du ministre de la Santé Bernard Kouchner puis directrice générale de la communication chez Danone, elle était en 2018 Secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Transition Écologique sous François de Rugy puis Elisabeth Borne. Là encore, on sent la volonté de faire le lien entre transition énergétique et habitat.

 

Ces nouveautés dans le paysage politique français semblent jouer en faveur de l’accélération de la rénovation énergétique en France. Reste désormais à voir quelles seront les actions concrètes mises en place par les nouveaux acteurs clés mis à la tête du secteur.

 

 

Amandine Martinet

Amandine Martinet

Journaliste web pour Effy

Journaliste diplômée de l’Institut Français de Presse, je suis passionnée par les questions liées à la transition énergétique et à l’habitat. Ma mission ? Écrire pour vous aider à être bien chez vous au quotidien !

Plus d’articles sur ce thème