Besoin d'aide ?

Du lundi au vendredi de 9h à 18h
(prix d'un appel local)

Le coup de pouce « rénovation globale » évolue

Par Rose Colombel

Publié le 23/12/2021 à 14h55, mis à jour le 01/03/2022 à 09h03

A compter du 1er janvier 2022, le Coup de pouce « Rénovation performante d’une maison individuelle » évolue. Pour y voir plus clair, nous revenons sur le dispositif et ses principaux changements.

Le Coup de pouce « rénovation performante d’une maison individuelle » vise à encourager les propriétaires à réaliser un bouquet de travaux. Un audit énergétique avant travaux doit être effectué pour connaître les caractéristiques énergétiques et thermiques du logement et définir les gestes à engager pour améliorer sa performance.

 

Dans un souci de simplification, le dispositif a été revu.

 

💡 Les changements s’appliquent aux opérations engagées au 1er janvier 2022 ou incluses dans un dossier de demande de Certificats d’économies d’énergie (CEE) à compter du 1er juillet 2022.


Ce qui ne change pas

 

Les travaux doivent :
 

  • Permettre une baisse d’au moins 55% de la consommation conventionnelle annuelle en énergie primaire sur les usages de chauffage, refroidissement et production d’eau chaude sanitaire ;
  • Inclure un geste d’isolation (murs, toiture, combles).

 

Les critères de bonifications liées aux conditions de ressources sont maintenus.

 

Ce qui change

 

Sont supprimés, les critères de bonification liés au taux de chaleur renouvelable de la production de chauffage ou d’ECS et au remplacement des chaudières fioul ou gaz hors condensation

 

Est ajouté : un critère de bonification consommation annuelle d’énergie primaire après travaux inférieure ou égale à 110 kWh/m2. Ce critère vient déterminer le niveau de la bonification.

 

Quels sont les montant minimaux des primes ?

 

Pour les opérations dont la consommation annuelle d’énergie primaire après travaux est inférieure ou égale à 110 kWh/m2 :
 

  • 350 € / MWh pour les ménages modestes ;
  • 300 € / MWh pour les autres ménages.

 

Pour les autres opérations éligibles mais n’atteignant pas le seuil de performance énergétique précité :
 

  • 250 € / MWh pour les ménages modestes ;
  • 200 € / MWh pour les autres ménages.

Rose Colombel

Journaliste pour Effy

Journaliste passionnée par le secteur du bâtiment, je vais à la rencontre des professionnels depuis près de sept ans. Convaincue que valoriser votre secteur et ses métiers est un effort collectif, celui de toute une filière, je vous donne la parole et vous informe sur l’actualité avec enthousiasme et humilité.

Plus d’articles sur ce thème