Les primes énergie

Nouvelle hausse du prix du gaz au 1er novembre 2020

Selon la Commission de régulation de l’Énergie, les tarifs réglementés du gaz vont augmenter de 1,6% au 1er novembre 2020. Il s’agit d’une tendance qui se poursuit depuis le mois d’août : on vous en dit plus.

Au mois de novembre 2020, les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie pour des millions de ménages français vont augmenter à nouveau, après une hausse de 4,7% en octobre. Plus précisément, voici le détail des hausses appliquées en fonction de vos usages :

 

  • Chauffage au gaz : +1,7%
  • Gaz pour la cuisson : +0,4%
  • Double usage (cuisson et eau chaude) : +0,9

 

Il s’agit des augmentations par rapport au mois de d’octobre 2020, et elles sont effectives dès le 1er novembre 2020. Ces chiffres sont plus faibles qu’initialement prévu, car sans la mise en place du lissage de l’évolution des prix réglementés de vente de gaz naturel entre juillet 2020 et février 2021, la hausse des prix aurait pu atteindre 5,7% !

 

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène des tarifs croissants du gaz depuis plusieurs mois. Tout d’abord, il y a un lien direct avec la tendance à la hausse du prix du baril de pétrole en Bourse, et sur les marchés internationaux tels que le marché du gaz naturel liquéfié. Ensuite, c’est un effet collatéral de la demande croissante aux quatre coins du monde à l’arrivée de l’hiver et du froid.

 

Cependant, si les prix ne cessent de grimper ces derniers temps, il convient de souligner qu’ils restent moins élevés qu’il y a quelques années. En effet, selon la Commission de régulation de l’Énergie, les tarifs actuels du gaz sont plus bas qu’en 2015, par exemple, car ils ont subi de fortes baisses depuis.

 

Enfin, rappelons que les tarifs réglementés du gaz sont voués à disparaître, depuis la loi Énergie et Climat adoptée en 2019. Par conséquent, Engie a cessé de commercialiser de nouveaux contrats aux tarifs réglementés de vente depuis novembre dernier. En fait, la fin des tarifs réglementés va se faire de façon progressive à l’horizon de 2023.

 

 

Amandine Martinet

Plus d’articles sur ce thème