Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Service gratuit + prix appel

Pouvoir d’achat : l’Insee confirme un recul à venir au deuxième trimestre

Par Mariana Gonçalves

Publié le 25/05/2022 à 13h13, mis à jour le 16/06/2022 à 14h59

Des prix qui flambent, un pouvoir d’achat en baisse et des Français prêts à restreindre leur consommation énergétique… Depuis plusieurs mois, les ménages se serrent la ceinture. Et ça ne devrait pas s’arranger de sitôt. L’Insee vient de partager un premier bilan du début d’année et livre ses prévisions pour le deuxième trimestre 2022. L’Institut confirme que le pouvoir d’achat devrait continuer à descendre.

Femme faisant ses factures

25% des Français sont prêts à faire des restrictions sur le chauffage selon une étude. ©Shutterstock

490€. C’est la somme qu’il manque en moyenne par mois aux Français pour vivre convenablement. C’est ce que révèle un Baromètre Cofidis*. Cette somme, en hausse de 23€ par rapport à septembre 2021, révèle des difficultés sur le porte-monnaie des Français. Pour s’en sortir, l’étude révèle même qu’il sont 25% à envisager des restrictions sur le chauffage, et 20% sur l’eau et l’électricité.

 

Une preuve, s’il en fallait vraiment une, que le pouvoir d’achat des Français est lourdement mis à l’épreuve depuis plusieurs semaines. En cause, la crise sanitaire que traverse le pays depuis deux ans, mais aussi les crises économique et géopolitique actuelles.

 

L’Insee vient d’ailleurs de faire un premier bilan du début de l’année dans lequel il dévoile ses prévisions pour le deuxième trimestre. Selon ses prévisions, le pic d’inflation n’a pas encore été atteint, indiquant qu’il n’y aurait pas d’amélioration dans l’immédiat.

 

Lire aussi : Le logement et l'énergie, là où l'inflation frappe le plus fort

👉 Dans ce contexte de hausses des prix, quels gestes avez-vous adopté pour faire des économies et conserver du pouvoir d’achat ? Ces hausses vous ont-elles poussé à faire des travaux de rénovation énergétique dans votre logement ? Nous vous avons donné la parole.

 

 

L’inflation contenue par les mesures gouvernementales

Selon l’Insee, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages par unité de consommation (UC) aurait enregistré une baisse de 1,5%, par rapport au dernier trimestre 2021. Une baisse qui devrait continuer au deuxième trimestre, bien que plus légère avec un recul de 0,5%. 

 

Vous l’avez sûrement remarqué, les prix ne cessent d’augmenter et cela ne devrait pas se calmer. L’Insee prévoit un glissement annuel de l’indice des prix à la consommation de +5,2% en mai et de +5,4% en juin. Cette augmentation est portée par la flambée des prix de l’énergie, qui devraient encore grimper de 27,3% en mai et de 26% en juin.

 

Lire aussi : En 2022, les tarifs du gaz et de l’électricité toujours au plus haut

 

L’Insee indique que la hausse est néanmoins contenue par le bouclier tarifaire sur les prix du gaz et de l’électricité, mis en place par le Gouvernement fin 2021, mais aussi par la remise de 18 centimes par litre de carburant à la pompe, depuis le 1er avril dernier. Sans ces mesures, l’inflation aurait dépassé +7% en mai, contre +5% actuellement.

 

Néanmoins, si l’inflation est en hausse, l’Institut indique une possible légère hausse de la consommation des ménages au deuxième trimestre suite au rebond de certaines activités de services pénalisées en début d’année.


*Source : Etude Cofidis/CSA research, avril 2022. Somme comparée au 10e Baromètre du pouvoir d’achat Cofidis, publié en septembre 2021

Mariana Gonçalves

Journaliste web pour Effy

Journaliste curieuse de tout, je décrypte pour vous les travaux de rénovation énergétique. Proche de la nature, mon rêve serait d'avoir une tiny house autonome en plein cœur de la forêt.