4 chose qui montrent que vous vivez dans une passoire thermique

4 choses qui montrent que vous vivez dans une passoire thermique

En France, il existe encore de nombreux logements mal isolés qui ne retiennent pas le chauffage à l’intérieur. Pour en venir à bout, il faut faire la chasse aux passoires thermiques, beaucoup trop gourmandes en énergie ! Voici un petit portrait robot de ces logements et la marche à suivre pour s’en sortir.

J'isole ma maison

Demande gratuite et sans engagement

Les passoires thermiques en France

En janvier 2020, l’ONPE publiait un tableau de bord de la précarité énergétique en France. Des chiffres forts en ressortent. 15 % des Français déclarent avoir eu froid chez eux pendant au moins 24h durant l’hiver 2018. D’un autre côté, 11,7 % dépensent plus de 8 % de leurs revenus dans leurs factures énergétiques. 

👉 À savoir

Deux éléments entrent en compte pour qualifier la précarité énergétique de votre foyer : 

- Votre taux d’effort énergétique annuel, qui correspond à la part de vos revenus allouée à vos factures d’énergie. 
- Votre ressenti du froid


Mais alors, d’où vient le problème ? La précarité énergétique est souvent une conséquence liée aux passoires thermiques. Ce terme, plutôt imagé, désigne des logements particulièrement énergivores. En France, cela concerne souvent de vieux bâtiments qui datent d’avant 1975. À l’époque, les techniques d’isolation n’étaient pas au point et pas du tout réglementées. C’est au milieu des années 70 que les premières règles sur l’isolation ont vu le jour, suivies de près par la première loi sur les économies d’énergie en 1978.


L’objectif est de venir à bout de toutes ces passoires thermiques construites avant les réglementations ! Vous vous sentez concernés ? Pour en avoir le coeur net, nous vous partageons les 4 choses qui montrent que vous vivez dans une passoire thermique. 
 

1. Vos factures d’énergie sont trop élevées

Si vos factures dépassent 8 % de vos revenus, arrêtez tout ! Il est fort probable que vous viviez dans une passoire thermique. Une passoire thermique est avant tout un logement très gourmand en énergie, ce qui entraîne fatalement de grandes dépenses en chauffage en hiver (voire de climatisation en été !).


Concrètement, ce problème est surtout lié à une mauvaise isolation. Les déperditions thermiques, souvent situées au niveau du toit (30 %) et des murs (20 %), sont totalement responsables. En somme, vous chauffez dans le vide et vous alourdissez vos factures !

2. Vous n'êtes pas à l'aise chez vous

Vous avez beau chauffer votre maison, vous ne vous sentez toujours pas bien. Voici une conséquence très désagréable des passoires thermiques. En chauffant trop pour pallier votre mauvaise isolation, vous ne parvenez jamais à obtenir une température homogène ! Si votre logement est équipée par défaut de convecteurs électriques, dit “grilles-pain”, vous savez de quoi il s’agit ! L’air est sec et la chaleur fluctue d’une pièce à l’autre, sans parler des vilains courants d’air qui se font ressentir. En bref, vous subissez une sensation de froid au quotidien et c’est loin d’être optimale.

3. Votre DPE n’est pas satisfaisant

Simple et efficace, le diagnostic de performance énergétique vous indique si votre logement se situe dans la catégorie des passoires thermiques. Cela permet à la fois de quantifier la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre d’une habitation. 

 

Le DPE vous est communiqué à l’achat ou à la location de votre maison. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez faire appel à un professionnel. Après étude de votre logement, il vous fournit une étiquette énergie avec une note située entre A et G. Si vous vous situez entre E et G, c’est sans appel : vous vivez dans une passoire thermique !

 

👉 Comment est calculé un DPE ?

Il existe deux méthodes pour calculer un DPE : 

- l’évaluation conventionnelle : elle traite toutes les principales données techniques du bâtiment sur un logiciel dédié (l’isolation, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la ventilation…).
- l’évaluation réelle : le logiciel calcule la consommation d’énergie en se basant sur des factures d’énergie des trois dernières années.

4. Votre logement est humide

L’humidité est l’une des grandes conséquences des passoires thermiques. Elle témoigne souvent d’une mauvaise isolation et se détecte assez facilement. Voici les signes qui ne trompent pas :
 

  • de la condensation sur les vitres des tâches sur les murs et les plafonds sous forme d’auréoles marron
  • des papiers peints qui se décollent ou de la peinture qui s’écaille
  • des murs constamment humides au toucher


Si vous cochez plusieurs de ces cases, il ne fait aucun doute que vous souffrez d’humidité à la maison.

Comment rendre votre maison moins énergivore ?

Pas de doutes possibles, si vous vous reconnaissez dans ces critères, vous vivez dans une passoire thermique. Mais heureusement, ce n’est pas une fatalité ! Nous vous dévoilons la marche à suivre pour enfin vous sentir bien chez vous en toutes saisons. 


Place à l’isolation !

 

La première chose à faire est de bien isoler votre logement. Donnez la priorité à votre toiture, responsable de 30 % des déperditions de chaleur. Pour cela, vous pouvez procéder à l'isolation de vos combles. Pour continuer sur une bonne lancée, nous vous conseillons ensuite d’enchaîner avec l’isolation d’éventuels vides sanitaires ou sous-sol, voire même de vos murs. 


Comment ? 


Pour une isolation efficace et bien réalisée, n’hésitez pas à faire appel à un artisan RGE, gage de qualité. Selon vos revenus, vous pouvez bénéficier de notre offre d’isolation à 1 €. Chez Effy, nous vous accompagnons de A à Z dans vos démarches et projets de travaux. Il vous suffit de contacter l’un de nos conseillers ou de remplir un formulaire en ligne.
 

J’isole ma maison

Demande gratuite et sans engagement

Misez tout sur un système de chauffage performant

Une fois que votre logement est bien isolé, il est enfin prêt à garder toute la chaleur à l’intérieur en hiver, mais aussi toute la fraîcheur en été ! Pour réduire en plus vos factures d’énergie, il ne vous reste qu’à vous séparer de votre vieille chaudière pour un équipement au meilleur rendement. En remplacement, vous avez le choix. Vous pouvez vous tourner vers des énergies renouvelables et gratuites avec une pompe à chaleur air-eau par exemple. 


En installant une PAC chez vous, vos factures peuvent baisser de 1000 € par an. Une somme non négligeable ! Dans le cas d’un chauffage décentralisé, nous vous conseillons de vous débarrasser de vos éventuels convecteurs électriques trop gourmands en électricité. À la place, optez pour des radiateurs à inertie ou un poêle à bois.


Comment ?


En cumulant la Prime Effy et MaPrimRénov’ de l’Anah, 90 % du coût de votre PAC peut être pris en charge. Chez Effy, en plus de vous accompagner dans vos démarches, nous vous avançons les frais d’installation. Il ne vous reste donc à régler qu’un reste à charge entre 1500 € et 2500 € selon la PAC choisie. Pour découvrir si vous êtes éligible à cette offre, faites le test !

Je demande ma pompe à chaleur

Demande gratuite et sans engagement

Plus d’articles sur ce thème