energie solaire

Deux nouveaux coup de pouce de l’État pour la filière solaire

Le gouvernement a annoncé au début du mois d’octobre deux nouvelles mesures pour soutenir le développement du solaire photovoltaïque en France. Découvrez-les ici !

 

Voici les deux décisions de l’Etat pour accélérer la croissance de la production locale d’énergie solaire. Elles ont été annoncées par la ministre de la Transition écologique le 1er octobre 2020 :

 

☀️ Le tarif d’achat d’électricité réglementé pour les installations photovoltaïques est étendu aux panneaux de moins de 500 kWc, et non plus de moins de 100 kWc. Cette augmentation du plafond de puissance, proposé initialement par la Convention Citoyenne pour le Climat, devrait encourager le développement d’installations élargies et sur de grandes toitures. Elle "entrera en vigueur à l’issue du processus de notification auprès de la Commission européenne". A noter qu’au-delà des 500 kWc, les projets doivent toujours passer par un appel d’offre pour pouvoir bénéficier des tarifs fixés.

 

☀️ La baisse des tarifs de rachat de l’électricité de 3,8% au lieu de 8,7% au 1er octobre 2020

 

Ces deux initiatives font sans nul doute office de réaction directe face au mouvement de protestation du secteur depuis quelques semaines. En effet, des rumeurs annonçaient une renégociation par le gouvernement des contrats d’achat d’énergie photovoltaïques, passés avant 2011 auprès d’EDF. Les tarifs auraient été jugés trop élevés par rapport aux coûts du solaire en chute libre, et n’entrant pas dans le cadre du projet de loi finances pour 2021. Cette menace a fait réagir les professionnels de la filière, reçus par Barbara Pompili le 24 septembre.

 

L’Etat compte donc garder ses bonnes relations avec le secteur du solaire photovoltaïques, qui s’est déclaré satisfait des deux décisions prises : “Ces mesures (...) sont nécessaires pour placer le solaire au coeur du plan de relance et concrétiser les ambitions de développement fixées par la Programmation Pluriannuelle de l'Énergie", a affirmé Daniel Bour, président de la Générale du Solaire et d’Enerplan.

 

 

Amandine Martinet

Plus d’articles sur ce thème